Coma : mesurer l'activité du cerveau pour évaluer l'état de conscience

La recherche sur le coma ne cesse de progresser. Récemment, des chercheurs viennent d'élaborer un dispositif qui permet de mesurer les échanges d'informations qui prennent placent dans le cerveau. Ils sont ainsi capables de mesurer les différents stades de conscience que traversent les patients se réveillant d'un coma. Ces résultats ont été publiés le 7 octobre 2013, dans la revue PNAS.

Rédigé le

Coma : mesurer l'activité du cerveau pour évaluer l'état de conscience
Coma : mesurer l'activité du cerveau pour évaluer l'état de conscience

Depuis plusieurs années, les chercheurs ont établi que le coma se caractérise par organisation modifiée des connexions cérébrales. Alors que la perception consciente s'accompagne d'une activation cohérente et soutenue entre des régions distantes du cerveau, le coma se distingue par des activations cérébrales plus localisées et évanescentes. Le coma persistant serait lié à des phénomènes de déconnexion entre certaines régions corticales.

Evaluer la profondeur du coma pour améliorer la prise en charge du patient

Des chercheurs canadiens ont récemment découvert l'existence d'un nouveau type d'ondes cérébrales, présentes dans le cerveau d'individus plongés dans un coma très profond. Celles-ci ne peuvent être mesurées par un électroencéphalogramme qui, pour sa part, reste plat. La prise en charge des patients, à leur sortie du coma, est apparue facilitée lorsque cette activité cérébrale spécifique était maintenue.

En novembre 2012, les résultats publiés dans la revue PNAS sont venus étayer ce postutat. Les chercheurs ont en effet mis en évidence cette réorganisation cérébrale. Certaines régions du cortex fortement connectées (appelées "hubs") chez les personnes saines, sont plus faiblement connectées chez les patients dans le coma, et inversement.

Différents états de conscience

Une nouvelle étude, publiée le 7 octobre 2013, dans la revue Current Biology, vient quant à elle apporter une pierre dans la caractérisation des différents états de conscience des patients sortant du coma.

En effet, le réveil est parfois lent. Le patient peut passer par un état où ses yeux sont ouverts sans qu'il ne présente de signes de conscience. Il peut ensuite traverser un état de conscience minimal où il peut répondre à certains stimuli, comme suivre un objet des yeux, mais ne peut communiquer, avant de recouvrer sa conscience.

Pour l'instant, ces différents stades ne sont distingués que par des observations comportementales qui peuvent parfois conduire à des erreurs.

Mesurer les échanges d'informations

Les scientifiques ont élaboré une nouvelle méthode de mesure. A l'aide d'un électroencéphalogramme (EGG), ils mesurent l'échange d'informations dans les différentes régions du cerveau.

En appliquant cette technique à plus de 100 patients sortis du coma et présentant des états de conscience différents (végétatif ou minimalement conscients, conscients mais présentant des séquelles neurologiques, patients sains), il est apparu que la proportion d'échange d'informations augmente avec le niveau de conscience. Cet échange augmente davantage encore entre les régions éloignées dans le cortex.

Leur dispositif permettrait donc de distinguer les différents états de conscience d'un patient sortant du coma, de manière plus fiable que par l'observation. Les chercheurs espèrent à terme que leur dispositif sera un outil clinique utilisable en routine.

Source : Information Sharing in the Brain Indexes Consciousness in Noncommunicative Patients JR King et coll. Current Biology. Oct. 2013 doi: 10.1016/j.cub.2013.07.075

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :