1. / Se soigner
  2. / Vaccins

Dernière ligne droite pour le vaccin anti-covid de Valneva

La biotech franco-autrichienne a atteint la dernière phase d’essais cliniques avant la demande d’autorisation de mise sur le marché. Objectif : comparer l'efficacité de Valneva par rapport à AstraZeneca.

Rédigé le

Dernière ligne droite pour le vaccin anti-covid de Valneva
Dernière ligne droite pour le vaccin anti-covid de Valneva

Le laboratoire franco-autrichien Valneva a annoncé le 21 avril le lancement d'une étude clinique de Phase III, dernière étape avant une demande de mise sur le marché, de son candidat vaccin contre le Covid-19.

Cette étude, appelée "Cov-Compare", visera à comparer la réponse immunitaire du candidat vaccin de Valneva (VLA2001) avec le vaccin Vaxzevria d'AstraZeneca qui est déjà autorisé, a indiqué la biotech dans un communiqué.

A lire aussi : Ce que l'on sait des caillots sanguins, effet secondaire "très rare" du vaccin Astrazeneca

4000 personnes impliquées

"Environ 4.000 participants recevront deux doses de l'un des vaccins", explique Valneva qui précise que l'étude sera menée sur environ 25 sites au Royaume-Uni.

"L'objectif principal de l'étude est de démontrer la supériorité de VLA2001 comparée à Vaxzevria deux semaines après vaccination" en mesurant les anticorps neutralisants spécifiques au Covid-19, indique Valneva.

Le lancement de l'étude Cov-Compare fait suite à l'annonce de résultats cliniques de Phase I-II qui plaidaient pour la poursuite du développement du vaccin, a rappelé la biotech.

Demandes d’autorisation pour l'automne

Valneva ajoute que si les résultats de Phase III sont positifs, elle soumettra des demandes d'autorisation de mise sur le marché "au cours de l'automne 2021".

Le VLA2001 est "actuellement le seul candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre la Covid-19 en développement clinique en Europe", souligne Valneva.

Plus tôt le 21 avril, le laboratoire franco-autrichien avait annoncé se tourner vers des discussions pays par pays pour fournir son candidat vaccin, en estimant que les discussions avec l'UE n'avaient pas fait de "progrès significatif" à ce jour.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr