1. / Se soigner
  2. / Urgences
  3. / Médecine humanitaire

Médecine humanitaire : réaliser une échographie à distance

Les nouvelles technologies se mettent au service de l'aide humanitaire. L'association La Chaîne de l'Espoir a lancé un programme de téléconsultations pour faciliter le diagnostic des malformations cardiaques des enfants à distance.

Rédigé le

Médecine humanitaire : réaliser une échographie à distance

Des médecins français font de l'humanitaire, depuis leur bureau, à Paris. Les patients qu'ils examinent sont à 10.000 km, dans un hôpital de Phnom Penh, capitale du Cambodge. Une consultation possible grâce à un système d'échographie cardiaque à distance simple et peu coûteux. Il suffit d'une connexion Internet, d'une webcam et d'une plateforme utilisée habituellement pour les jeux vidéo en ligne.

Ces séances permettent de former les équipes locales à l'échographie cardiaque. Après l'examen, le Pr Daniel Sidi, cardiologue pédiatrique à la Chaîne de l'Espoir, donne un deuxième avis sur leur diagnostic. "Depuis que l'on a des vidéoconférences, ils sont obligés de se mouiller, ils font comme si je n'étais pas là, ils prennent les décisions. Au début, je rectifiais beaucoup de choses car ils n'avaient pas l'habitude de prendre leurs responsabilités. Et maintenant, ils sont très bons !", explique le spécialiste.

Le Dr Phang Sok, médecin à Phnom Penh est déjà venu en France pour se former mais il apprécie ce nouvel outil. "Même pour nous les médecins titulaires, médecins qui sommes formés, c'est aussi très intéressant parce que c'est une formation continue que nous n'aurions pas sans ce programme", estime-t-il.

Depuis un an, cinq structures médicales sont équipées et connectées : au Cambodge, en Afghanistan, au Mali, au Sénégal et au Mozambique. Plus de 450 consultations ont été ainsi effectuées à distance. Un système qui permet de contourner de nombreux obstacles : "C’est délicat pour les expatriés de faire des missions renouvelées, c'est même dangereux dans certains pays. Et deuxièmement, c'est aussi très délicat de faire venir les gens en France pour les former à cause des visas, de l'obtention de postes faisant fonction d'interne...", affirme le Pr Daniel Sidi.

Ces téléconsultations viennent en complément des missions humanitaires. Une présence virtuelle permanente qui permet de prolonger le travail réalisé sur place et qui rassure les personnels de santé locaux formés par l'association. La Chaîne de l'Espoir souhaite développer ces programmes numériques. Prochain domaine concerné : les échographies pour femmes enceintes.