1. / Se soigner
  2. / Recherche

Un antidouleur dans le venin du serpent corail

Des chercheurs australiens ont fait une découverte surprenante : le venin du serpent corail bleu pourrait être utilisé comme antidouleur.

Rédigé le

Un antidouleur dans le venin du serpent corail
Le venin du serpent corail comme antidouleur ? (image d'illustration Fotolia © fenkieandreas)

Bien qu'extrêmement venimeux, le serpent corail pourrait avoir des vertus jusque-là insoupçonnées. Des chercheurs ont étudié les effets sur le système nerveux d’une toxine présente dans son venin. D’après les résultats de leur étude publiée dans la revue Toxins, il semblerait que cette toxine soit efficace dans le traitement de la douleur.

Un nouvel antalgique ?

Présent en Asie, le serpent corail a la particularité de paralyser les nerfs de sa proie grâce à son venin avant de la tuer. C’est en mordant sa proie qu’il injecte une dose de poison mortelle. "Leur venin est le plus toxique de tous les serpents", précisent les chercheurs de l’Université du Queensland.

Ils ont réussi à identifier une toxine présente dans son venin, appelée calliotoxine, qui agit au niveau des neurorécepteurs du cerveau, importants dans la transmission de la douleur. Ce sont les canaux sodiques.

"L’étude de cette espèce (NDLR de serpent) augmente notre connaissance sur le fonctionnement du venin et démontre la pertinence de l'étude des toxines", indiquent les chercheurs. En outre, les résultats sont d'un intérêt considérable pour ceux qui cherchent à comprendre les mécanismes sous-jacents, concluent-ils.

Le venin du serpent corail a déjà fait l’objet de recherches scientifiques, notamment pour mieux comprendre l’épilepsie, la schizophrénie ou encore les douleurs chroniques.

Sponsorisé par Ligatus