1. / Se soigner
  2. / Hôpital

Un an après sa création, le Collectif inter-hôpitaux dénonce les promesses non tenues du gouvernement

Le Collectif inter-hôpitaux demande au gouvernement de passer « des paroles aux actes » pour sauvegarder l’hôpital.

Rédigé le

Un an après sa création, le Collectif inter-hôpitaux dénonce les promesses non tenues du gouvernement
Un an après sa création, le Collectif inter-hôpitaux dénonce les promesses non tenues du gouvernement

Créé en octobre 2019, le Collectif Inter-Hôpitaux (CIH) réclamait déjà un changement radical dans la gestion de l’hôpital public, notamment en terme de financement, de fermetures de lits et de gouvernance de l’hôpital.

Selon le CIH, ces problématiques ont endommagé l’hôpital public au cours des dernières années au point qu’attirer de nouveaux personnels est devenu particulièrement difficile. La crise sanitaire aurait pu être le déclencheur d’une amélioration de la situation, mais pour le CIH, le gouvernement n’a pas agi à la mesure de ce qu’il avait promis.

A lire aussi : Après la crise du coronavirus, l’hôpital toujours exsangue

Des promesses non tenues du gouvernement

Le 18 novembre, Olivier Véran demandait à sortir du dogme de la fermeture des lits, rappelle Olivier Milleron, cardiologue membre du CIH. Pourtant, « aucune décision publique n’a été publiée » selon lui. Le cardiologue souligne que les projets de fermetures de lits « sont toujours à l’ordre du jour ».

Olivier Milleron pointe la différence entre les paroles du gouvernement et ses actes : « La loi de financement de la Sécurité Sociale qui a été adoptée au parlement impose encore des économies à l’hôpital public. La gouvernance ne change pas, les fermetures de lits se poursuivent. »

A lire aussi : Des primes et des médailles pour les soignants, mais pas d'annonce pour l'hôpital

« Pendant la crise sanitaire, on nous a fait confiance et ça a marché »

« En période covid, ce qui est impressionnant, c’est qu’on voit arriver de l’argent et du personnel », ironise Agnès Hartemann, chef du service de diabétologie de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris.

Selon la chef de service, la période de l’épidémie a vu la direction parler à nouveau de « soins de qualité » au lieu d’économies. « Mais la phrase que répètent les personnels, c’est que ça ne va pas durer. On peut souffler, mais ça ne va pas durer », regrette-t-elle

« Pendant la crise sanitaire, on nous a fait confiance et ça a marché », renchérit Sophie Ettendorf, cadre de santé au centre hospitalier de Pau. « La santé est un des piliers de la République et elle est sacrifiée par des visions comptables et uniquement comptables », ajoute-t-elle.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr