1. / Se soigner
  2. / Histoire de la médecine

Verdun : une bataille à l'origine de la médecine d'urgence

Une médecine d'urgence à grande échelle s'est organisée au cours de la bataille de Verdun qui aura duré dix mois. Sauver, soigner, évacuer les blessés... une chaîne de secours s'est mis en place au fil des jours et a posé les bases de la médecine de catastrophe ou de guerre. Une exposition au mémorial de Verdun revient sur la naissance de cette médecine d'urgence et sur les prouesses médicales qui y ont été faites.

Rédigé le

Verdun : une bataille à l'origine de la médecine d'urgence

Verdun, 300 jours et 300 nuits à combattre sous une pluie d'obus sur un front long de trois kilomètres. Au plus fort des combats, le champ de bataille livre plus de 2.500 blessés chaque jour. Peu à peu, une médecine d'urgence s'organise. Sur ces terres aujourd'hui sanctuaires, le mémorial de Verdun revient sur ces premières chaînes de secours qui voient le jour par la force des choses.

Les premiers à sauver des vies sont les brancardiers. De simples camarades de combat désignés pour se rendre sur le champ de bataille chercher les blessés là où ils sont tombés, au fond des trous, englués dans la boue. Leur mission est de porter les survivants à l'arrière, dans les tranchées.

Au creux des tranchées, les médecins pansent les plaies, stoppent les hémorragies, vaccinent contre le tétanos. Puis les victimes sont évacuées dans des hôpitaux de fortune, improvisés à l'arrière du front. C'est là en pleine guerre que sont imaginées des méthodes qui prévalent encore de nos jours. Le Dakin® par exemple, qui s'impose comme l'antiseptique idéal pour lutter contre la gangrène, évitant ainsi de nombreuses amputations. Les chirurgiens de guerre immobilisent les membres fracturés à l'aide de fixateurs externes. Ils expérimentent des prothèses. Une autre spécialité tout juste naissante connaîtra ses premières heures de gloire : la radiologie.

À Verdun, l'avalanche des blessés impose des choix. Celui de traiter en urgence les cas les plus graves. Les victimes sont donc triées depuis le poste de secours. Les uns seront soignés sur place, d'autres évacués dans des trains. C'est ce principe de triage qui donnera naissance plus tard à la médecine d'urgence.

Au fil des salles, le mémorial de Verdun égrène le temps au rythme des guerres et des catastrophes de notre monde moderne. Malgré les prouesses médicales, il reste une constante : ces gestes simples de premiers secours portés aux blessés sur le champ de bataille permettent encore aujourd'hui de sauver des vies.

Y ALLER

  • Mémorial de Verdun
    1, avenue du Corps européen
    BP 60048 - Fleury-devant-Douaumont
    55101 Verdun Cedex

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus