1. / Se soigner
  2. / Handicap

Surmonter le handicap pour continuer à enseigner

En France, de nombreux enseignants font cours malgré leur handicap. Conformément à la loi de 2005, les professeurs handicapés peuvent bénéficier d'aménagement de poste. C'est le cas de Bruno et Elisabeth, enseignants dans les académies de Paris et Créteil.

Rédigé le , mis à jour le

Surmonter le handicap pour continuer à enseigner

Le professeur Bruno Ablain souffre d'une sclérose en plaques depuis vingt-deux ans : "Je n'enseigne plus de la même manière puisque je n'écris plus au tableau. Ca passe surtout par la parole", confie le professeur de sciences physiques. Au fil des années, ses déplacements sont devenus de plus en plus difficiles. Et depuis quatre ans, Bruno utilise un fauteuil roulant. Un fauteuil bien vite oublié par les élèves.

Après trente-trois ans d'enseignement, ses cours de chimie ont évolué en fonction de son handicap : "Au début, quand on est prof, on a tendance à faire et à montrer. Maintenant quand il y a des manipulations, ce sont les élèves qui les font", explique Bruno Ablain. Loin d'être un frein, son handicap se révèle être l'occasion de créer de nouveaux rapports avec les élèves.

Elisabeth About, elle, enseigne le français dans un lycée professionnel. À la suite de plusieurs décollements de la rétine, l'enseignante est devenue malvoyante. Un déficit visuel qui a changé sa manière d'enseigner : "Mon handicap fait que je donne beaucoup plus confiance à mes élèves et je les fais participer aussi dans l'élaboration du cours".

Pour l'aider dans ses déplacements et ses cours, Elisabeth est toujours accompagnée d'une assistante et de son chien. Un cours à deux, une particularité très appréciée par les élèves. Si la professeure prend beaucoup de plaisir à enseigner, il n'est pas toujours facile d'obtenir les aménagements nécessaires : "J'aurais besoin d'une loupe performante, j'aurais besoin d'un dictaphone, j'aurais besoin d'un logiciel de synthèse vocale et d'agrandisseur d'écran… et je les attends toujours. Mais je ne désespère pas de les avoir avant mon départ à la retraite", confie-t-elle.

Pour ces demandes, comme tous les enseignants handicapés, il existe des référents dans chaque académie : "On fait du suivi et de la mise en place d'aménagement de poste. C'est aussi le travail des médecins, des chefs d'établissements qui vont prendre en compte dans les emplois du temps les contraintes liées aux situations particulières qu'on va leur demander", explique Clotilde Roignant, correspondante handicap de l'académie de Paris.

Elisabeth et Bruno se sont battus pour continuer à enseigner alors que d'autres doivent y renoncer. En France, en 2015, près de 18.000 enseignants se sont déclarés travailleurs handicapés.

Sponsorisé par Ligatus