1. / Se soigner
  2. / Affaires, justice

Dans un congrès de médecine anti-âge, des "soins" à base de placenta humain

Lors du Congrès mondial de médecine esthétique et anti-âge de Monaco, un exposant japonais proposait des gélules, crèmes et autres ampoules à base de placenta humain et porcin, interdites en Europe. 

Rédigé le

Dans un congrès de médecine anti-âge, des
Les produits incriminés, tels que présentés sur le site du fabriquant JBP. (DR)

Un exposant japonais a été pris en fraude lors du grand congrès mondial de médecine esthétique et anti-âge de Monaco en train de vendre des gélules, des crèmes ou autres ampoules à base de placenta humain et porcin, interdites en Europe et aussitôt saisies.

Le congrès mondial d'esthétique et anti-âge AMWC est le plus grand au monde avec plus de 12.000 médecins spécialistes de 130 pays participants, plus de 300 orateurs internationaux et 400 marques représentées issues du monde médical, pharmaceutique et de l'esthétique.

"Pas forcément dangereux, mais interdits, ces produits étaient arrivés par Orly et déclarés comme des échantillons d'exposition, brochures ou papeterie, sans autre forme de précisions", a indiqué ce 10 avril à la presse Alexandre Bordero, directeur sanitaire de Monaco, confirmant une information de Monaco-Matin. Or, rappelle M. Bordero, le placenta humain et animal est strictement interdit à la consommation humaine dans l'Union européenne depuis les affaires du sang contaminé et de la vache folle : il ne peut être un ingrédient d'un complément alimentaire.

"On a su par un service européen qu'ils allaient venir, et on a enlevé les produits dès le premier jour du congrès, et ensuite ils ont ressorti d'autres cartons et on a dû y retourner", a précisé M. Bordero.

Lors du congrès organisé du 5 au 7 avril dernier (voir encadré), ses services ont confisqué des gélules de "Curacen" et des fioles à boire, en tout 2.302 boîtes, que la société japonaise Japan Bio Products (JBP) commercialise sur son site Internet avec leurs notices, aux côtés d'articles scientifiques prétendant démontrer les bienfaits du placenta contre le vieillissement.

"Chaque pays a ses règles sanitaires et à Monaco, on applique les règles européennes", a rappelé M. Bordero selon qui l'entreprise contrevenante s'expose "au moins à une amende".

Selon des journalistes de Nice Matin, présents sur le salon, les exposants de JBP expliquaient que ces produits contenaient "des extraits de pur placenta humain de donneuses japonaises". Ils auraient affirmé aux journalistes que ce type de produit était "tout à fait légal en Europe, [...] sauf pour les compléments alimentaires pour lesquels nous n’avons pas encore la licence."

avec AFP

Sponsorisé par Ligatus