1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Chloroquine : Emmanuel Macron a rencontré le Pr Raoult

Alors que le président Macron a rendu visite au controversé Pr Raoult, défenseur de la chloroquine, ce médicament n’a pas encore fait preuve de son efficacité dans un essai clinique sérieux.

Rédigé le

Chloroquine : Emmanuel Macron a rencontré le Pr Raoult
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / baranq

La visite d'Emmanuel Macron jeudi 9 avril au controversé professeur marseillais Didier Raoult, est-elle un signe en faveur du traitement à l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 ? A priori non, selon l'Elysée qui a insisté sur le fait que cette rencontre ne représentait pas "une reconnaissance" de la méthode du professeur. "Le président a la volonté de prendre en compte l'ensemble des essais et des études, dont celle du professeur Raoult (...) Ce n'est pas à lui de trancher le débat, qui doit être tranché scientifiquement", a souligné son entourage.

A lire aussi : Coronavirus : le BCG, source d’espoir ?

Une piste envisagée contre le coronavirus

Le professeur Raoult, spécialiste des maladies infectieuses, a donc présenté au président la dernière étude de ses services. Elle confirme selon lui, l'efficacité de l'hydroxychloroquine. Celle-ci est un dérivé de la chloroquine, un médicament utilisé contre le paludisme depuis plusieurs décennies.

Mais que sait-on à ce jour de cette molécule ? L'hydroxychloroquine est connue en France sous le nom de Plaquenil, et utilisée contre le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde. Aujourd’hui, l’hydroxychloroquine fait partie des pistes thérapeutiques envisagées contre le coronavirus car elle présente des propriétés antivirales.

Pas encore d’études sérieuses

En France, le Pr Didier Raoult et son équipe à l'Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Méditerranée Infection ont conclu dans deux publications à "l'efficacité" de l'hydroxychloroquine associée à l'azithromycine, un antibiotique, sur des patients malades. Mais l'OMS et nombre de scientifiques estiment impossible de tirer cette conclusion sur la seule base de ces études, car elles ne respectent pas un protocole scientifique suffisamment sérieux : elles reposent sur un nombre trop limité de patients et n’utilisent pas de "groupe contrôle". Pour prouver l’efficacité d’un médicament, il faut en effet que le groupe de patients qui le reçoit soit comparé à un autre groupe ("contrôle" ou "témoin") qui ne reçoit pas de traitement.

Preuve de la complexité du sujet, une publication chinoise a aussi conclu récemment qu'il n'y avait pas d'efficacité particulière de l'hydroxychloroquine, de même qu'une étude française fin mars portant sur hydroxychloroquine + azithromycine.
Quels que soient leurs conclusions, toutes ces études portent sur trop peu de malades et une très large partie de la communauté scientifique, ainsi que les autorités sanitaires françaises ou américaines notamment, appellent à des essais bien plus larges.

L’impératif d’un essai clinique

"Ces interrogations ne veulent absolument pas dire que l'hydroxychloroquine n'a pas d'intérêt dans le traitement du Covid" mais "pour le savoir, il faut l'évaluer scientifiquement en suivant la méthodologie des essais cliniques", explique Marc Lecuit, chercheur en biologie des infections à l'Institut Pasteur.

Le débat se focalise en particulier entre ceux qui appellent à la prudence, le temps de mener à bien des essais thérapeutiques larges, et ceux qui prônent une large utilisation du médicament au nom de l'urgence sanitaire.
Mais "rien ne justifie qu'au nom d'un pragmatisme de l'urgence, on contourne les exigences de la démarche scientifique et les procédures usuelles, en particulier la fiabilité et la transparence des méthodes utilisées, l'évaluation critique des publications par les pairs et l'absence de conflits d'intérêts", a écrit mardi 7 avril le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

Des effets secondaires graves, voire mortels

Autre débat : faut-il donner ce traitement à des formes graves du Covid-19 seulement, comme l'autorisent les autorités françaises, ou dès l'apparition des premiers symptômes, comme le prône le professeur Raoult, sachant que l'immense majorité des malades guérissent spontanément ?

D’autant que l’hydroxychloroquine n’est pas sans danger pour la santé et peut provoquer des effets secondaires graves : nausées, vomissements, éruptions cutanées mais aussi atteintes dermatologiques, ophtalmologiques, cardiaques, psychiatriques... et un surdosage peut être dangereux, voire mortel.. L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a déjà enregistré des cas de toxicité cardiaque chez des personnes qui ont pris de l’hydroxychloroquine en automédication.

L'Agence du médicament a aussi alerté sur "l'association de l'hydroxychloroquine avec l'azithromycine pour traiter la maladie Covid-19, qui à ce jour n'a pas fait la preuve de son efficacité et expose à un risque majoré d'anomalie du système électrique du cœur".

Il ne faut pas que "le remède soit plus néfaste que la maladie"

C’est pourquoi médecins, chercheurs et autorités sanitaires mettent en garde contre un engouement précipité pour ces substances. "Certes le Covid-19 tue mais il ne faudrait pas, chez des patients, dont l'évolution spontanée est favorable et en particulier chez des patients ambulatoires, que le remède soit plus néfaste que la maladie elle-même", ajoute le professeur Émile Ferrari qui dirige le service de cardiologie à l'hôpital Pasteur à Nice et qui a dû interrompre le protocole hydroxychloroquine + azithromycine chez une patiente en raison de "risques majeurs d'accident gravissime".

Des premiers résultats attendus pour fin avril

Pour l’heure, la France a restreint l'usage de l'hydroxychloroquine - mais aussi des antiviraux lopinavir/ritonavir - à l'hôpital uniquement et seulement pour les cas graves.

Parallèlement sont lancés des essais cliniques destinés à tester son efficacité et sa sûreté pour les malades du Covid, selon un protocole respectant une stricte rigueur scientifique. C’est notamment le cas de l’essai européen "Discovery" qui teste actuellement quatre traitements, dont l'hydroxycholoroquine, sur 3.200 patients. Mais il faudra attendre au moins "la fin du mois d’avril" pour avoir une première idée des résultats et plus longtemps pour en tirer des conclusions sérieuses, a prévenu la professeure Florence Ader, coordinatrice de l’essai clinique Discovery en France dans une vidéo Inserm du 7 avril 2020. Il faut en effet attendre que tous les patients inclus dans l’essai franchissent "le cap du 15e jour" pour connaître l’efficacité du traitement qu’ils ont reçu.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr