1. / Maladies
  2. / Allergies
  3. / Allergies alimentaires

Allergie à l’arachide : des chercheurs annoncent une avancée majeure

Après 18 mois d’administration de probiotiques, 80% des enfants sujets d’une étude pouvaient tolérer l’arachide. Des résultats encourageants contre une allergie qui peut être fatale.

Rédigé le

Allergie à l’arachide : des chercheurs annoncent une avancée majeure
L'allergie à l'arachide est l'une des causes les plus courantes de l'anaphylaxie, une réaction d'intolérance potentiellement fatale.

Des chercheurs australiens ont annoncé une avancée majeure pour les personnes souffrant d'allergie à l'arachide, parfois mortelle, grâce à un traitement à base de probiotiques qui pourrait selon eux devenir à terme un remède.

Les allergies alimentaires touchent un enfant sur 20 et deux adultes sur 100, les plus répandues étant les réactions aux fruits de mer, au lait de vache, aux œufs et aux cacahuètes. L'allergie à l'arachide est l'une des causes les plus courantes de l'anaphylaxie, une réaction d'intolérance potentiellement fatale. 

Au cours d'essais cliniques conduits par les scientifiques de l'Institut de recherche Murdoch pour les enfants à Melbourne en 2013, des enfants souffrant d'allergie à l'arachide s'étaient vus administrer des probiotiques accompagnés de faibles doses de protéines d'arachides pendant une période de 18 mois.

"Ces enfants peuvent manger des cacahuètes comme ceux qui n’ont aucune allergie"

A l'issue de ces tests, 80% de ces enfants pouvaient tolérer l'arachide. Quatre ans plus tard, cette recherche, publiée mercredi dans la revue médicale britannique The Lancet atteste que 70% de ces enfants soumis aux tests peuvent encore consommer aujourd'hui des cacahuètes sans réaction indésirable.

"L'importance de cette découverte est que ces enfants peuvent manger des cacahuètes comme ceux qui n'ont aucune allergie à l'arachide", a indiqué Mimi Tang, chercheuse principale de l'étude. "Cela prouve que notre traitement est efficace sur le long terme, jusqu'à quatre ans après l'avoir terminé, il est sûr, a ajouté l'experte. Cela suggère également que la possibilité d'une tolérance est un objectif réalisable concernant le traitement de l'allergie alimentaire." 

Les chercheurs ont affirmé que l'étude de Murdoch fournit "la preuve importante qu'une guérison peut être possible concernant l'allergie à l'arachide". D'après Mimi Tang, "il s'agit d'une avancée majeure dans l'identification d'un traitement pour les allergies alimentaires dans les sociétés occidentales". 

Avec AFP

Voir aussi sur Allodocteurs.fr