Illusion d'optique : la 3D en un clin d'oeil

Si l'homme est capable de se déplacer, d'éviter les obstacles ou encore d'apprécier la distance à laquelle se trouve un objet, c'est parce que ses yeux perçoivent naturellement le relief. Tous les hommes sont censés voir en trois dimensions. En termes scientifiques, on appelle ça la vision stéréoscopique ou binoculaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Voir en trois dimensions

Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent la vision stéréoscopique.
Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent la vision stéréoscopique.

Si on perçoit les trois dimensions, c'est-à-dire la largeur, la hauteur et la profondeur, c'est d'abord grâce à nos yeux, qui sont séparés en moyenne de 6,5 centimètres. Cette vision stéréoscopique permet de percevoir le volume des objets, leur position dans l'espace et la distance qui nous en sépare. Elle nous permet aussi d'avoir une vision périphérique, à 180°.

Concrètement que se passe-t-il ? On a besoin des yeux mais aussi du cerveau. Chaque œil capte simultanément une image du même objet. Et ces images captées par les deux yeux sont ensuite envoyées au cerveau. Ce dernier reçoit donc deux images différentes qui se chevauchent. Il les associe grâce à leurs points en commun et en fait une synthèse. Résultat, on obtient une image unique et donc en 3D.

Rôdé à cet exercice depuis le plus jeune âge, le cerveau est donc une machine capable de reproduire cette vision en 3D et ce sentiment de profondeur en différentes circonstances. Et ce même lorsqu'il n'y a à première vue pas de relief…

Stéréogrammes : vous n'allez pas en croire vos yeux

Comment sont créés les stéréogrammes ?
Comment sont créés les stéréogrammes ?
Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Cliquez sur la photo pour l'agrandir
Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Les stéréogrammes sont ces étranges pictogrammes qui cachent une image en relief et qui parviennent à tromper nos yeux. Ils étaient très prisés dans les cours d'école des années 80 et 90.

Il n'est pas toujours évident de percevoir la 3D avec un stéréogramme. Pour tester sa capacité à percevoir la trois dimensions grâce aux stéréogrammes, il faut se concentrer et fixer son regard sur un point derrière l'image. Si vous n'y arrivez pas, deux techniques sont possibles : se coller à l'image et se reculer doucement en restant fixé sur l'image ou s'éloigner de l'écran et faire la mise au point derrière l'image. Peu à peu, l'image tridimensionnelle apparaît.

Par quel mécanisme notre cerveau parvient-il à percevoir le relief sur une image, qui n'en contient pas ? Comment ces stéréogrammes nous trompent-ils ? Décryptage.

 

La gymnastique oculaire

La gymnastique oculaire permet de renforcer sa vision en faisant travailler les muscles des yeux.
La gymnastique oculaire permet de renforcer sa vision en faisant travailler les muscles des yeux.

Des chercheurs français ont estimé que 5 % de la population avait une mauvaise perception de la 3D, et 15 % une perception atténuée ! Si elle est loin d'être catastrophique, une mauvaise perception de la 3D est tout de même révélatrice d'un trouble de la vue. Pour tenter d'y remédier, les orthoptistes proposent des séances de rééducation. Il s'agit tout simplement d'une sorte de musculation particulière : la gymnastique oculaire.

Aujourd'hui la 3D s'immisce un peu partout. Au cinéma, à la télévision, dans les consoles de jeux vidéo et peut-être même demain dans nos salles de classe ! En effet un observatoire, chargé d'évaluer la fatigue et l'inconfort liés à l'exposition à la 3D, est au centre d'un programme piloté par l'Education nationale pour superviser l'utilisation des ressources 3D dans l'enseignement scolaire. Des sites pilotes ont été choisis, et les expérimentations devraient débuter en janvier 2013.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Livre :

  • L'oeil magique
    Tom Baccei
    Ed. Jeu d'Aujourd'hui, novembre 2002