Duplication du pouce : deux pouces sur une main

Chez les humains, le pouce est le plus petit, mais sans doute le plus important des doigts, car il permet la pince. Mais parfois il y en a deux et cette fonction disparaît. La duplication du pouce concerne environ une naissance sur 3 000. Pour des raisons esthétiques mais aussi fonctionnelles, on opère très tôt les enfants porteurs de cette malformation.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le pouce et ses malformations

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent la duplication du pouce.
Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent la duplication du pouce.

Chez l'homme, le pouce est le plus petit des doigts mais il est surtout le plus important car il permet de réaliser le geste de la pince. Un geste indispensable pour toutes les activités quotidiennes : prendre un objet, écrire… Mais impossible lorsqu'on présente une duplication du pouce, autrement dit lorsqu'on a deux pouces sur une même main. La duplication du pouce est une anomalie qui concerne une naissance sur 3.000.

À chaque main, nous avons cinq doigts : le pouce, l'index, le majeur, l'annulaire et l'auriculaire. Les quatre derniers doigts sont constitués tous de trois phalanges. Le pouce, lui, n'en a que deux. Le pouce est plus court mais aussi plus robuste et plus précis que les autres doigts. Autre différence, celles des muscles. Le pouce est le seul doigt à posséder huit muscles, dont le muscle opposant qui permet de faire le geste de la pince. Grâce à ce muscle, vous pouvez plier le doigt, l'écarter, ou encore le faire tourner et toucher tous les doigts.

En cas de duplication du pouce, ces mouvements sont souvent irréalisables. Car aucun des deux pouces n'est normal. Il y a deux grands types de malformations : une duplication de la phalange proximale, c'est-à-dire à partir de la base du pouce, et une duplication située plus haut, à partir de la phalange distale avec un gros ongle ou deux ongles accolés. Il existe aussi des cas très complexes avec trois phalanges et une duplication du métacarpien mais ils sont très rares.

On ne connaît pas l'origine de cette malformation. La plupart du temps, la duplication du pouce est isolée et ne touche qu'une main. Mais dans 5% des cas, elle fait partie d'un syndrome plus complexe associant plusieurs malformations comme le syndrome de Di George ou la maladie de Fanconi. Dans ces cas-là, la malformation touche souvent les deux mains.

Le coup de pouce de la chirurgie

 Attention images de chirurgie ! Reconstruction d'un pouce sur un bébé de 11 mois.
Attention images de chirurgie ! Reconstruction d'un pouce sur un bébé de 11 mois.

Les enfants porteurs de cette malformation doivent être opérés très tôt pour des raisons esthétiques mais aussi pratiques. Idéalement, les chirurgiens opèrent assez vite avant 9-12 mois car les bébés commencent à utiliser leur pouce à partir de 13 mois.

Comme aucun des deux pouces n'est normal, il faut opérer pour reconstruire un pouce unique avec des articulations bien axées, des tendons bien centrés, et un potentiel de croissance intact.

Généralement les enfants arrivent à se servir de leur nouveau pouce assez rapidement après l'opération sans avoir besoin de rééducation.

Duplication du pouce : une malformation congénitale

Aurélien, 14 ans, a été opéré pour une duplication du pouce.
Aurélien, 14 ans, a été opéré pour une duplication du pouce.

Si la plupart du temps le pouce grandit tout à fait normalement, 25% des enfants ont besoin d'une seconde intervention au cours de l'enfance : soit pour des raisons esthétiques (reprise de cicatrice, brides), soit pour des raisons fonctionnelles. Il arrive que le pouce ne s'écarte pas suffisamment des autres doigts.