Bulletin de santé du 29 juillet 2011

Bulletin de santé du 29 juillet 2011

Un nouveau décès du au virus H5N1 de la grippe aviaire au Cambodge ; pas d'interdiction de circoncision en Californie ; une allocation d'études qui engage les jeunes médecins à exercer dans les régions sous-médicalisées...

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Grippe aviaire : un nouveau décès au Cambodge

Une petite fille de 4 ans est morte de la grippe aviaire au Cambodge, portant à sept le nombre de décès liés à cette maladie dans le pays depuis le début de l'année. L'enfant de la province du nord-ouest de Banteay Meanchey est décédée le 20 juillet 2011, ont précisé le ministère cambodgien de la Santé et l'Organisation mondiale de la Santé dans un communiqué commun.

Des tests ont confirmé qu'elle avait contracté le virus H5N1 de la grippe aviaire. La petite fille est la dix-septième personne infectée par ce virus et la quinzième à mourir de complications liées à cette maladie depuis 2005, selon le communiqué.

Les sept cas répertoriés depuis le début de l'année, dont six enfants, ont tous été mortels. Le virus H5N1 de la grippe aviaire a tué 330 personnes dans le monde depuis 2003, selon le communiqué.

 

Californie : pas d'interdiction de la circoncision

Une juge américaine a décidé de ne pas autoriser la tenue, prévue en novembre, d'un référendum visant à interdire la circoncision des mineurs à San Francisco, bien que le nombre de signatures requis pour convoquer le scrutin ait été atteint. Une coalition de militants avait déposé au printemps dernier, devant les autorités de la ville, les 7 000 signatures de personnes inscrites sur les listes électorales requises pour convoquer un référendum. Leur objectif était de faire adopter en novembre un texte qui interdirait la circoncision avant l'âge de 18 ans, sauf pour des raisons médicales.

Mais la juge Loretta Giorgi a préféré prendre le parti d'une coalition de groupes religieux, de médecins et de familles pour qui l'interdiction de la circoncision des mineurs violerait une loi de Californie empêchant aux autorités locales de réglementer les procédures médicales. Dans ces circonstances, "cela ne servirait aucun but légitime" de maintenir un référendum sur une interdiction de la circoncision, a conclu la juge, qui a ordonné à la municipalité de San Francisco de l'annuler.

Les défenseurs du référendum ont promis de faire appel, même s'il n'est pas sûr qu'ils en aient la possibilité légale. L'un d'entre eux, Lloyd Schofield, 59 ans, estime que la circoncision constitue une mutilation génitale acceptée par la société, qui devrait rester une question de choix individuel et non parental. Les "pro" et "anti" circoncision ont fait assaut d'arguments médicaux pour défendre leurs positions respectives, mais le corps médical n'a jusqu'ici pas été en mesure de trancher clairement sur la question.

La circoncision est une pratique rituelle au coeur des religions juive et musulmane. Les représentants des deux communautés à San Francisco avaient d'ailleurs joint leurs efforts pour protester contre cette interdiction.

Le système californien permet de soumettre à référendum quasiment toute proposition de loi, tant que le nombre de signatures requis a été rassemblé. Beaucoup de législations controversées ont été adoptées par ce biais, notamment une loi interdisant le mariage homosexuel.

 

Une allocation d'études pour repeupler les déserts médicaux

S'engager à exercer dans des déserts médicaux en échange d'une allocation durant les études : en Bourgogne, région médicalement sous-dotée, treize futurs médecins ont opté pour le Contrat d'Engagement de Service Public (CESP), dispositif incitatif mis en place à la rentrée 2010. Dans cette région, le CESP est un succès puisque sur les quatorze contrats qu'elle proposait, l'Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne en a signé treize.

Sandrine, qui termine sa sixième année de médecine à Dijon, est l'une des bénéficiaires de ce contrat, accessible de la deuxième à la huitième année. Mariée et mère d'un petit garçon de 2 ans, elle a perçu 1 100 euros net par mois cette année et continuera de percevoir cette somme durant ses trois prochaines années d'internat. L'allocation viendra s'ajouter au salaire d'interne.

Une fois leurs études terminées, les signataires du CESP se verront proposer par l'ARS plusieurs lieux d'exercice. La durée d'engagement est égale à celle de versement de l'allocation avec un minimum de deux ans.

Au niveau national, le bilan de ce dispositif créé par la loi HPST (Hôpital, Patients, Santé, Territoires) est plus mitigé. Sur les 400 contrats offerts, près de la moitié seulement a trouvé preneur.

Cette incitation suffira-t-elle à régler la question des déserts médicaux ? Selon le doyen de la faculté de médecine de Dijon, Frédéric Huet, "on arrive à la fin du système de liberté totale d'installation, qui est incapable de gérer la démographie médicale". A l'avenir, il voit plutôt des médecins s'installant "sur injonction", et non plus pendant "trois ou quatre ans" dans un désert médical pour "rembourser" la contribution de l'Etat à leur formation.

 

Une odeur d'œuf pourri sur les plages de Martinique

La Martinique est aux prises avec une algue blonde à l'odeur nauséabonde, dégageant un gaz potentiellement toxique, mais pour l'instant en très faible quantité. Le président de la région Martinique, Serge Letchimy, a sur ce point alerté la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, évoquant les problèmes liés à la prolifération de ces algues "Sargasse" sur les côtes de l'île depuis plusieurs jours.

"La concentration de ces algues sur une quinzaine de sites a conduit à déconseiller la fréquentation publique de certaines plages en raison des émanations de sulfure d'hydrogène", a souligné M. Letchimy dans son courrier.

Car ces algues jaunes, rejetées sur les plages martiniquaises par les courants, dégagent, en se décomposant, une odeur d'oeuf pourri.

Ce même gaz est évoqué dans l'affaire des algues vertes, échouées en grande quantité sur les plages bretonnes et mises en cause par les écologistes alors qu'une trentaine de sangliers ont été retrouvés morts.

Cependant, en Martinique, les émanations de sulfure d'hydrogène (H2S) sont évaluées entre 0 et 3 ppm (partie par millions), bien en-deçà de celles relevées en Bretagne, où elles atteignent parfois plusieurs centaines ppm.

Quatre sites du sud de l'île sont malgré tout déconseillés par l'Agence Régionale de Santé (ARS) aux personnes sensibles (nourrissons, femmes enceintes, personnes âgées) ou souffrant d'affections respiratoires, notamment les personnes asthmatiques.

Mais pour l'heure, aucune plage n'a été fermée au public.

 

Un essai clinique pour évaluer l'utilisation du baclofène contre l'alcoolisme

Cet essai clinique devrait démarrer en France en décembre 2011 ou janvier 2012 et ses résultats sont attendus en 2013, a annoncé son coordinateur, le Pr. Philippe Jaury. Le baclofène est un médicament ancien, initialement prescrit en neurologie, mais de plus en plus utilisé hors AMM (autorisation de mise sur le marché) dans le traitement de la dépendance à l'alcool.

Sa popularité a explosé en 2008 avec la publication du livre Le dernier verre d'Olivier Ameisen. Ce cardiologue, devenu alcoolique, y racontait son auto-expérimentation de ce médicament et comment, pris à de très fortes doses, il avait supprimé son envie de boire.

Mais les sociétés savantes et associations intervenant dans le champ de l'alcoolisme réclament une évaluation scientifique de cette molécule dans le traitement de la dépendance à l'alcool.

Le lancement d'un essai clinique était évoqué depuis longtemps, mais achoppait jusqu'ici sur le financement, s'agissant d'une molécule déjà ancienne et passée dans le domaine public.

L'essai piloté par le Pr. Jaury est un programme hospitalier de recherche clinique, financé par des fonds publics. L'étude doit durer un an et devrait livrer ses premiers résultats en 2013.

 

Source : AFP

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :