Vaccination : la 6ème dose qui divise

Après avoir annoncé un retard dans les livraisons de vaccin anti-Covid, Pfizer a décidé de revoir à la baisse la cadence de ses livraisons. Selon le laboratoire américain, les flacons déjà livrés contiennent une dose de vaccin supplémentaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Image d'illustration. Les flacons du vaccin Pfizer/BioNTech contiendraient une dose supplémentaire / Crédit photo : Shutterstock
Image d'illustration. Les flacons du vaccin Pfizer/BioNTech contiendraient une dose supplémentaire / Crédit photo : Shutterstock  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Dmitrii Pridannikov

Le laboratoire américain Pfizer, qui a développé avec l’allemand BioNTech l'un des premiers vaccins autorisés en Europe contre le Covid-19, a indiqué avoir commencé à “adapter” ses livraisons après avoir relevé le nombre de doses disponibles par flacon.

Jusqu'à récemment, le laboratoire livrait les pays acheteurs sur la base de cinq doses de vaccin par flacon. Mais des centres de vaccination parvenaient à en tirer six doses, alimentant l'espoir de pouvoir vacciner davantage de personnes avec les flacons déjà livrés.

Dose supplémentaire et retards de production

Cette annonce n’est pas du goût de tous. Les pays européens, déjà vivement critiqués pour la lenteur des campagnes de vaccination, s’insurgent contre cette annonce de Pfizer, moins d’une semaine après celle d’une “baisse de cadence” dans la production des vaccins.

Pourtant, l'Agence européenne du médicament, "a autorisé l'utilisation de l'extra-volume présent dans les flacons de vaccin, considérant qu'il correspondait à une sixième dose" insiste Pfizer. Le laboratoire affirme qu’il tiendra ses engagements en matière de livraison de commandes qui "ont toujours été basées sur un nombre total de doses et non de flacons”.

Un geste médical pas si simple

À la date du 18 janvier, la France avait reçu 1,6 million de doses. Pour le ministère de la Santé, extraire une dose supplémentaire du stock actuel nécessite "un geste médical" et du "matériel", c’est-à-dire une seringue spécifique.

Autrement dit, tous les centres de vaccination du pays ne seraient pas à même d’obtenir cette dose supplémentaire. Ce qui pourrait encore allonger les délais de vaccination si les retards de production et de livraison se confirment chez le fabricant. 

Un retard facilement rattrapé ?

Alors faut-il craindre une pénurie ? Il faudra attendre pour le savoir. Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont annoncé un plan pour revenir au calendrier initial de livraisons à l'Union européenne "à partir de la semaine du 25 janvier". Le retard de livraison serait ainsi rattrapé "à la fin du premier trimestre", selon Agnès Pannier-Runacher, ministre française déléguée à l'Industrie.

Le gouvernement français maintient pour le moment ses objectifs : avoir vacciné la totalité des Français contre le coronavirus d’ici la fin août. Le seuil du million de Français vaccinés a été dépassé ce samedi 23 janvier.