À quand remontent les premiers témoignages d'expérience de mort imminente ?

À quand remontent les premiers témoignages connus d'expérience de mort imminente (EMI) ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Jean-Jacques Charbonier, médecin réanimateur, et avec Sébastian Dieguez, chercheur en neurosciences :

"La version moderne remonte au milieu des années 70 avec la publication d'un livre qui s'appelle La vie après la vie et qui recensait certaines de ces expériences."

"J'ai l'impression que ces expériences de mort imminente ont toujours existé. Dans Le mythe d'Er de Platon, un guerrier part dans l'au-delà, fait une incursion dans l'au-delà et revient dans son propre corps.

"Eben Alexander* est un neurochirurgien d'Harvard, il travaille sur le cerveau. Pour lui, toutes ces expériences sont des hallucinations dues à un cerveau déréglé. Sauf qu'il a vécu lui-même l'expérience, il a vécu un coma très grave et il va dans l'au-delà, il rencontre une femme au visage souriant et charmant, dit-il, et qu'il ne connaissait absolument pas. Et il retrouve cette femme deux mois après son réveil sur une photo. Après cette expérience en effet, il retrouve ses parents biologiques qu'il ne connaissait pas et il se trouve que cette photo est une photo de sa soeur biologique décédée au moment de son expérience. Cela montre bien que cette image n'était pas dans son cerveau, on ne peut pas dire qu'elle était à l'intérieur de ses pensées ou de sa mémoire."

NDLR : Plusieurs analyses et enquêtes publiées en 2012 et 2013 ont grandement mis en doute la fiabilité du témoignage d’Eben Alexander. En octobre 2012, le neuroscientifique Sam Harris a pointé du doigt de nombreux contresens scientifiques et médicaux dans le récit d’Alexander - analyse également partagée par le chercheur Olivier Sachs. Le docteur Jean-Pierre Jourdan, spécialiste des EMI – pourtant connu pour son ouverture d’esprit à l’égard des cas les plus surprenants – a lui aussi rapidement noté que les affirmations d’Alexander sur le contexte de son EMI n’avaient rien de plausible (l’EMI serait survenue suite à une méningite bactérienne décrite comme une encéphalite grave endommageant son cerveau, or de telles lésions auraient été irréversibles). A ses yeux, le cas ne présente d’ailleurs aucune des caractéristiques d’une vraie EMI. Mi-juillet 2013, une enquête menée par un journaliste du magazine Esquire a confirmé que plusieurs détails cruciaux de l’intervention sur Alexander étaient faux. Cette investigation a enfin révélé qu’Eben Alexander avait plusieurs fois commis des fraudes au sein des institutions médicales où il était employé. Concernant les incohérences de son récit, Eben Alexander a fait valoir son droit à une certaine "liberté artistique".