Occlusion intestinale : symptômes et traitements

L'occlusion intestinale est un blocage partiel ou total du transit intestinal, très différent de la constipation et qui peut être très grave. Quelles sont les causes de l'occlusion ? Quels sont les symptômes d'une occlusion intestinale et ses complications ? Le Dr Anthony Chauvin nous éclaire.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Une  occlusion intestinale  est un  blocage  partiel ou complet de l’intestin, qui empêche le transit normal des  matières fécales  et des gaz. C’est ce qui le différencie d’une constipation pour laquelle il y a persistance des gaz.

Ce blocage peut se produire aussi bien dans l’intestin grêle que dans le côlon. Une occlusion intestinale provoque d’importantes  douleurs abdominales  sous forme de crampes qui récidivent de façon cycliques, des ballonnements, des nausées et des vomissements.  

Une urgence

Le blocage des gaz est à l’origine d’un ballonnement intestinal important et douloureux. Si on n’aide pas le corps à se débarrasser de ce gaz cela va provoquer une souffrance du système digestif qui n’est pas extensible à volonté. Si l’occlusion n’est pas prise en charge cela peut évoluer vers la destruction du tube digestif (nécrose), l'éclatement de l’intestin, une péritonite, voire le décès du patient. 

Quelle est l’origine d’une occlusion  ? 

Il faut distinguer 2 grandes catégories  : causes mécaniques et causes fonctionnelles. 

  • Concernant les causes mécaniques, c’est un obstacle qui bloque le transit. La plupart du temps ce sont des  adhérences intestinales  qui entrent en jeu. Ce sont des tissus fibreux qu’on retrouve dans la cavité abdominale, parfois à la naissance, mais le plus souvent après une chirurgie. Ces tissus peuvent éventuellement se lier à la paroi de l’intestin et provoquer une occlusion. Les  hernies  et les  tumeurs  sont aussi des causes relativement fréquentes d’obstruction. Plus rarement les occlusions peuvent être provoquées par la torsion du tube intestinal sur lui-même (volvulus), des maladies inflammatoires chroniques, comme la maladie de Crohn ou encore des bouchons de selles (fécalome) dans le côlon. 
     
  • Lorsqu’elle n’est pas d’origine mécanique, l’occlusion intestinale résulte d'un mauvais fonctionnement des intestins. Ces derniers n’arrivent plus à faire transiter ni les matières ni les gaz, sans qu’il y ait obstacle physique pour autant. Les matières fécales n’avancent plus en quelques sorte et stagnent. C’est ce qu’on appelle l’iléus paralytique  ou  pseudo-obstruction intestinale. Ce type d’obstruction se produit le plus souvent après une chirurgie des intestins. 

Le traitement  est-il le même dans tous les cas ? 

Cela va dépendre du type d’occlusion et de la cause. 
Pour une occlusion mécanique, comme la présence d'un obstacle à l'intérieur de l'intestin grêle ou du côlon, l'obstacle peut être sous la forme de calculs des voies biliaires qui s'accumulent et obstruent le conduit intestinal, ce que l'on appelle l'iléus biliaire. L'obstacle peut aussi provenir de l'intérieur de la paroi intestinale comme une tumeur qui bloque le passage. Le problème peut aussi survenir après une opération digestive, quand la cicatrisation provoque une sorte de bride qui étrangle l'intestin et empêche toute progression des matières fécales.

Dans le cadre des causes fonctionnelles, donc liées à une paresse du tube digestif, le traitement va consister à mettre le système digestif au repos pour que celui-ci reprenne progressivement une activité normale. Pour ce faire, le patient sera mis à jeun puis il reprendra une alimentation progressive et initialement dite " sans résidu" c’est à dire que ne créera pas de matière (type bouillon, yaourt, compote…). 

Comment prévenir une occlusion  ? 

Pour les causes fonctionnelles, il faut favoriser le transit et pour ce faire il faut avoir une alimentation variée à base de fruits et légumes et limiter l’apport d’alcool. A noter aussi que certains médicaments notamment les antalgiques favorisent l’occlusion fonctionnelle. Concernant les causes mécaniques  dont une des causes principales est le cancer, il faut bien entendu avoir un suivi médical régulier et participer au dépistage national du cancer du colorectal (hémocult). Il consiste à partir de 50 ans à analyser un échantillon de selle pour y détecter du sang. Si cela est le cas, alors vous devrez bénéficier d’une coloscopie