1. / Insolite

Sexsomnie : faire l'amour en dormant...

De plus en plus d'hommes disent souffrir de sexsomnie, une forme particulière de somnambulisme qui consiste à faire l'amour en dormant, sans en avoir aucun souvenir ensuite. Est-ce possible ? La presse anglaise s'interroge...

Rédigé le , mis à jour le

''Sommeil violé'' : la chronique d'Eric Lemasson du 5 octobre 2010

C'est l'histoire d'un jeune couple, Anita et Dan, mariés depuis tout juste un an, raconte le journal anglais, le Daily Mail. Chaque nuit - parfois même plusieurs fois par nuit - Dan sollicite sa compagne pour avoir un rapport sexuel. A priori, rien d'étonnant à cela sauf que le jeune homme ne se souvient jamais de ces câlins nocturnes. De son côté, Anita est d'abord flattée par ce comportement, puis elle finit par s'interroger et par se lasser de ces assauts répétés.

Jusqu'au jour où le diagnostic tombe : Dan est sexsomniaque.

La même famille que les parasomnies

Le concept de sexsomnie a été découvert dans les années 1990, avant d'être rendu public en 2003, par The Canadian Journal of Psychiatry. On y révèle alors qu'il appartient à la famille des parasomnies, des troubles du sommeil qui donnent lieu à des comportements non maîtrisés – parler, marcher, faire le ménage en dormant.

Le Pr. Matthew Walker, neurologue à Londres, va plus loin dans les explications. Il déclare que l'épisode de sexsomnie intervient en général pendant les premières heures de la nuit, en phase de sommeil profond. A ce moment-là, le cortex cérébral - responsable des sensations, des sentiments, de la conscience - est en veille alors que la partie inférieure du cerveau, qui régit les envies sexuelles, fonctionne.

A ce moment-là, le sexsomniaque n'a plus d'inhibition et surtout plus aucun souvenir de ce qu'il fait.

4% des adultes touchés par la sexsomnie

En Grande-Bretagne, ce phénomène concernerait environ 4 % des adultes. Plusieurs facteurs favoriseraient l'apparition de ce trouble du sommeil : le stress, la prise d'alcool ou de drogue, des antécédents de troubles parasomniaques ou le fait d'être un homme – ces derniers seraient en effet plus concernés.

Généralement, les personnes concernées ignorent tout de leurs agissements jusqu'à ce que leur partenaire les alerte. Une fois informées, elles hésitent souvent à consulter, persuadées qu'il s'agit d'un trouble psychiatrique.

Des solutions contre la sexsomnie ?

Il est aujourd'hui possible d'envisager une thérapie ou un traitement d'antidépresseurs. S'endormir dans un environnement calme, sans lumière, éviter de boire du café après 16h ainsi que de l'alcool avant de se coucher sont aussi fortement conseillés.

C'est peut-être la solution pour que la sexsomnie de l'un ne se transforme pas en insomnie pour le partenaire qui, trop sollicité, pourrait lui non plus ne pas fermer l'œil de la nuit.

VOIR AUSSI :

Sponsorisé par Ligatus