1. / Grossesse - Enfant
  2. / Enfant
  3. / Cancer de l'enfant

Cancers pédiatriques : un essai inédit pour favoriser les traitements innovants

Seuls 10% des enfants en rechute de leur cancer ont accès à un nouveau traitement aujourd'hui en Europe. Un essai, baptisé AcSé-eSMART, vient d'être lancé pour favoriser l'accès aux innovations thérapeutiques. 

Rédigé le

Cancers pédiatriques : un essai inédit pour favoriser les traitements innovants

Chaque année en France, 1.700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chez les enfants et 800 chez les adolescents. Environ 500 n'arriveront jamais à l'âge adulte, il s'agit de la première cause de décès par maladie chez les plus jeunes. Les cancers pédiatriques regroupent une soixantaine de pathologies différentes : "ll y a des leucémies, des tumeurs cérébrales, des lymphomes… 80% de ces enfants peuvent être guéris avec les traitements standard, dans les cinq ans suivant le diagnostic. Mais on sait que deux tiers d'entre eux vont avoir des complications. Et cela signifie aussi que 20% ne vont pas guérir, c’est pour eux que nous avons besoin de thérapies innovantes", explique le Pr Gilles Vassal, directeur de la recherche clinique à Institut Gustave-Roussy, à Villejuif (94).

La recherche sur les cancers pédiatriques accuse un retard important car il s’agit de maladies rares. Pour les laboratoires, il s'agit d’un trop petit marché. Résultat : on traite aujourd'hui les enfants atteints de cancer avec les mêmes molécules que les adultes, sans tenir compte de la spécificité de l'enfant : le mécanisme de sa tumeur, son poids, ou encore sa taille.

C'est pourquoi un essai clinique unique au monde, baptisé AcSé-Esmart, vient d’être lancé. Il est promu par l’Institut Gustave-Roussy et financé par l'Institut National du Cancer (INCa) et l'association Imagine for Margo. L'objectif est de tester dix molécules innovantes au sein d'un seul et même essai. "Ce qui est innovant, c’est qu'une fois que l'on aura analysé la tumeur de ces enfants, plusieurs possibilités thérapeutiques seront proposées, plusieurs molécules qui vont être proposées par plusieurs laboratoires et on pourra faire le choix en fonction de ce qui est le mieux pour l'enfant, en fonction du profil de la tumeur", affirme le Dr Natalie Hoog Labouret, responsable du programme AcSé  à l'Institut national du cancer.

Cet essai a pour ambition de doubler en deux ans le nombre de nouveaux médicaments pour les enfants atteints de cancer. Il concernera 260 enfants en situation d'échec thérapeutique.