Couches jetables : bientôt une restriction pour 200 substances chimiques ?

Près de 200 substances chimiques dangereuses seront bientôt limitées en Europe dans les couches pour bébés, selon une proposition de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Elle espère ainsi protéger la santé des plus petits.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Image d'illustration.
Image d'illustration.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / JPC-PROD

"Protéger la santé de 90% des enfants européens de zéro à trois ans." C’est l’objectif de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) qui publie le 22 décembre une nouvelle proposition de restriction des substances chimiques dangereuses dans les couches jetables. Cette proposition s'inscrit dans le cadre de la réglementation européenne des produits chimiques (REACH).

A lire aussi : Savez-vous ce que contiennent les couches de vos bébés ?

PCB, hydrocarbures, formaldéhyde…

Cette proposition concerne tous les pays membres de l’Union Européenne et consiste à limiter "au maximum" la présence dans les couches de "près de 200 substances" précise l’Anses dans un communiqué.

Parmi elles figurent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des dioxines, des furanes, du PCB ou encore du formaldéhyde.

Concentrations seuils

Et pour cause : dans une expertise publiée en 2019, l’Anses alertait sur des risques pour la santé des bébés liés à la présence de ces "substances chimiques préoccupantes" dans les couches à usage unique.
En fixant des concentrations seuils à ne pas dépasser, l’Anses espère réduire drastiquement les concentrations des substances les plus problématiques.

Le respect de ces seuils serait rendu possible par un contrôle renforcé du processus de fabrication. Il visera notamment à s’assurer que les colorants et agents de blanchiment choisis ne comportent pas de risque, que les matières premières utilisées ne sont pas déjà contaminées et que les températures de chauffage ne favorisent pas la formation de HAP.

Une analyse harmonisée

Autre point proposé par l’Anses : diffuser une méthode d’analyse des couches harmonisée au niveau européen.

Cette méthode, développée pour l’expertise de 2019, permet de prendre en compte les conditions les plus réalistes d’exposition du bébé aux substances à risque en fonction de son comportement.