Fausse couche : oser en parler

Une femme sur 10 a déjà fait une fausse couche au cours de sa vie. Qu’elle soit précoce ou tardive, cette épreuve est souvent banalisée par le corps médical.

La rédaction d'Allo Docteurs
La rédaction d'Allo Docteurs
Rédigé le , mis à jour le

Quels sont les signes d'une fausse couche ?

Les signes d'une fausse couche expliqués par Jimmy Mohamed
Les signes d'une fausse couche expliqués par Jimmy Mohamed  —  Le Magazine de la Santé - France 5

La fausse couche est relativement fréquente en France : une grossesse sur six se terminerait par une fausse couche et une femme sur 10 en ferait une au cours de sa vie. Elle n'en est pas moins un événement difficile à vivre, voire traumatisant, pour la femme comme pour le couple. Et ce, d'autant plus que les fausses couches se répètent.

On parle de fausse couche ou d'arrêt spontané de la grossesse quand un embryon ou un foetus est expulsé spontanément avant qu'il ne soit viable, c'est-à-dire avant 20 semaines de grossesse (ou 22 semaines d'aménorrhée). Au-delà, on parle d'accouchement prématuré. 

L'utérus est recouvert d'une muqueuse qu'on appelle l'endomètre. C'est dans cette muqueuse que l'œuf fécondé s'implante et que le placenta se forme. Au cours des douze premières semaines, période qui englobe la fécondation, l'implantation de l'oeuf et l'apparition du placenta, le risque de fausse couche est le plus important.

Les fausses couches qui interviennent durant cette période passent souvent inaperçues, car l'œuf est si petit qu'il est évacué dans les sécrétions utérines avec les règles. 

Comment la reconnaître ? La fausse couche qui a lieu au premier trimestre de la grossesse est appelée fausse couche précoce. Elle peut n'entraîner aucun symptôme et être diagnostiquée uniquement à l'échographie, si l'activité cardiaque du foetus s'est arrêtée ou qu'il ne grandit plus.
Des douleurs abdominales, des saignements, une chute brutale du taux d'hormone HCG et la disparition de tous les symptômes de la grossesse (nausées, gonflement des seins...) sont des signes de fausse couche.

Après trois mois de grossesse, on parle de fausse couche tardive. Dans ce cas, des contractions, des saignements, une perte des eaux et un arrêt des mouvements du bébé peuvent être des symptômes de fausse couche.

Une fausse couche qui est en cours ne peut pas être empêchée mais il faut consulter en urgence pour être prise en charge de façon adaptée. 

Ecouter la souffrance

Mieux prendre en charge la souffrance de la fausse couche
Mieux prendre en charge la souffrance de la fausse couche  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Les fausses couches à répétition sont sources de souffrance pour les couples qui désirent un enfant. Vécues comme des épreuves, elles peuvent entraîner des dépressions et un véritable isolement.

De nombreuses femmes qui ont vécu des fausses couches se plaignent d'un manque d'empathie de la part du corps médical. Et pour cause : aux urgences gynécologiques, les soignants voient souvent plusieurs fausses couches chaque jour. Elles ne présentent généralement pas de caractère de gravité comparées à d'autres situations d'urgence obstétricales. Résultat, les femmes victimes de fausse couche se sentent "abandonnées", et leur souffrance minimisée.

Un accompagnement psychologique et une écoute de la part des soignants est nécessaire en plus de l'accompagnement médical pour prendre en charge la souffrance de ces femmes.

Mieux accompagner les patientes

Fausse couche : comment mieux accompagner les patientes ?  —  Le Magazine de la Santé - France 5

Aux urgences gynécologiques, les fausses couches sont les motifs de consultation les plus fréquents. Ces arrêts spontanés de la grossesse nécessitent rarement une hospitalisation mais représentent une épreuve pour les femmes.

Même si elle ne représente pas de danger pour la femme, la fausse couche est un évènement violent, traumatisant et qui nécessite un processus de deuil. Pour les soignants, prendre le temps d'expliquer la situation aux femmes victimes de fausse couche et ne pas minimiser leur peine est une étape essentielle pour les accompagner dans cette épreuve.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !