L'OMS valide le premier vaccin contre le paludisme pour les enfants

L'OMS valide le premier vaccin contre le paludisme pour les enfants

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a recommandé mercredi le déploiement massif du premier vaccin contre le paludisme chez les enfants vivant en Afrique subsaharienne et dans les zones à risque.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Ce vaccin est synonyme d'espoir. Chaque année, le paludisme est responsable de la mort d'au moins 260.000 enfants âgés de moins de cinq ans. Très fréquente en Afrique subsaharienne, la maladie se transmet par les piqûres de certains moustiques infectés.

Un test grandeur nature dans trois pays africains

Il s'appelle "RTS,S". Ce vaccin agit contre le Plasmodium falciparum, la forme la plus mortelle à l'échelle mondiale et la plus prévalente en Afrique du parasite qui provoque le paludisme. Au total, cinq espèces de parasites du genre Plasmodium sont recensées dans le monde aujourd'hui.

Fabriqué par le géant pharmaceutique britannique GSK, le "RTS,S" est le premier vaccin, et le seul jusqu'à présent, à avoir montré une efficacité pour réduire significativement le nombre de cas de paludisme, y compris de paludisme grave menaçant le pronostic vital, chez les enfants. 

Depuis 2019, trois pays d'Afrique subsaharienne, (le Ghana, le Kenya et le Malawi), testent le "RTS,S". Après deux années d'expérimentation grandeur nature, le vaccin a montré qu'il "réduit considérablement le paludisme sous sa forme grave de 30%", a déclaré Kate O'Brien, directrice du département Vaccination à l'OMS.

Des avancées importantes

"Pendant des siècles, le paludisme a hanté l'Afrique subsaharienne, causant d'immenses souffrances personnelles", a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique.

Connue aussi sous le nom de malaria, cette maladie grave a été négligée durant des années par les laboratoires pharmaceutiques et la recherche. Mais les choses changent.

Pour preuve, l'année 2021 a été marquée par plusieurs avancées importantes.

Un vaccin candidat développé par l'université d'Oxford, le Matrix-M, a suscité l'espoir en avril dernier, affichant une efficacité jusqu'ici inégalée de 77% lors d'essais de phase II. Il pourrait être homologué dans deux ans.

Quelques mois plus tard, le laboratoire allemand BioNTech a indiqué vouloir appliquer la technologie prometteuse de l'ARN messager au vaccin contre le paludisme.

L’OMS espère également que d’autres vaccins contre le paludisme verront le jour. Le RTS,S est "un vaccin de première génération, très important", a déclaré Pedro Alonso, directeur du programme de lutte antipaludique de l’OMS, "mais nous espérons qu’il incitera les chercheurs à rechercher d’autres types de vaccin pour compléter ou dépasser celui-ci".