Une thyroïde fabriquée à partir de cellules souches

Une thyroïde fabriquée à partir de cellules souches

Une nouvelle fois les cellules souches confirment leur potentiel illimité et n'en finissent plus de promettre monts et merveilles. Des chercheurs de l'Université libre de Bruxelles (ULB) ont recréé avec succès, grâce à des cellules souches embryonnaires, la thyroïde d'une souris qui n'en avait plus. L'étude publiée le 10 octobre dans la célèbre revue scientifique Nature ouvre la voie d'un traitement contre l'hypothyroïdie congénitale, une maladie grave touchant une naissance sur 3000.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Des chercheurs belges, menés par Sabine Castoglia, ont réussi à générer la première thyroïde in vitro grâce à des cellules souches embryonnaires (ES), c'est-à-dire des cellules qui proviennent de l’embryon humain aux tout premiers stades de son développement, quelques jours seulement après la fécondation.

Ces cellules souches sont dites "pluripotentes": elles peuvent se répliquer indéfiniment et se différencier en tous les tissus de l'organisme, notamment en tissu thyroïdien. Ainsi, les chercheurs ont pu, en exprimant une combinaison de gènes, différencier in vitro des cellules souches embryonnaires en tissu thyroïdien produisant des hormones comme le fait la thyroïde à l'état naturel.

Encore mieux: les scientifiques ont implanté le tissu thyroïdien crée in vitro chez neuf souris auxquelles ils avaient, quatre semaines auparavant, volontairement détruit la thyroïde grâce à de l'iode radioactive. La greffe a alors été capable de produire des hormones thyroïdiennes "d'une façon prolongée, efficace et régulée" et donc de guérir huit des neufs souris qui ne produisaient plus d'hormones thyroïdiennes, explique Francesco Antonica, un des membres de l'équipe.

La prochaine étape est de réitérer l'exploit chez l'homme afin de guérir l'hypothyroïdie congénitale, une maladie présente dès la naissance et liée à une production insuffisante d’hormones thyroïdiennes par la thyroïde. En l’absence de traitement, cette maladie rare entraîne, entre autres, un retard de développement psychomoteur et de croissance. De par sa gravité et l'absence de traitement curatif, elle fait l'objet d'un dépistage systématique à la naissance. Pour palier le déficit en hormones, les malades sont traités toute leur vie par une hormone thyroïdienne artificielle.

Pour ce qui est de l'équipe belge, elle se penche maintenant sur les cellules souches pluripotentes induites (IPs) pour créer une thyroïde. Ces cellules, mises au point par le Prix Nobel de médecine 2012, le Pr. Shinya Yamanaka ont les mêmes caractéristiques que les cellules souches embryonnaires mais permettent de contourner l'obstacle éthique. En effet, pour obtenir des cellules souches embryonnaires, un embryon précoce, donc une potentielle vie humaine, doit être détruit.

Source: "Generation of functional thyroid from embryonic stem cells", Nature, 10 octobre 2012


En savoir plus:

Sur allodocteurs.fr: