Troubles de la fertilité : indicateurs d'autres problèmes de santé ?

Les personnes consultant pour des problèmes de fertilité présentent fréquemment d'autres pathologies pourtant sans lien apparent (maladies vasculaires, maladies de peau...), selon une étude publiée le 9 décembre, dans la revue Fertility and Sterility.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

En analysant le dossier médical de 9.387 nord-américains ayant consulté entre 1994 et 2011 pour des troubles de la fertilité, des chercheurs de l'université de Stanford ont fait un surprenant constat : parmi ces patients, 44% souffraient d'au moins une autre pathologie - sans rapport avec l'infertilité - lors de leur première consultation.

Une grande variété de troubles affectait ces hommes. Aussi, les chercheurs ont essayé de classer les dossiers médicaux en fonction de leur dangerosité relative pour la survie des individus. Se référant à un indicateur utilisé pour estimer l'accroissement du risque de mortalité chez des patients d'un âge donné(1), les scientifiques ont attribué un "score" à chaque membre de la cohorte.

Corrélation entre un sperme de mauvaise qualité et d'autres pathologies

Selon les données publiées par les chercheurs, les patients ayant un score élevé étaient également ceux présentant les plus faibles volumes de sperme, les plus faibles concentrations de spermatozoïdes. La mobilité des gamètes, de même que leur morphologie, étaient également très mal notées.

Les hommes souffrant de troubles du système endocrinien, de maladies génito-urinaires et de maladies de peau "ont tous montré des taux significativement plus élevés d'anomalies du sperme", précisent les chercheurs. Les plus mauvais scores de l'indicateur utilisé – corrélé au taux le plus élevé d'anomalies du sperme – concernaient les patients hypertendus, les personnes atteintes de maladies cardiaques (avec ou sans troubles de la vascularisation) et de pathologies cérébrovasculaires.

Il est très difficile d'établir des liens de cause à effet sur la base de cette étude, qui comporte un certain nombre de limites. Tout d'abord, l'indicateur retenu pour classer les patients, tout à fait pertinent pour évaluer les risques de mortalité en gériatrie, n'a pas beaucoup de légitimité hors de ce cadre. Par ailleurs, cet indicateur ne prend pas en compte la gravité de chaque maladie considérée (les troubles vasculaires légers, modérés ou sévères ne sont pas distingués). Il faut enfin noter que des patients se décidant à consulter pour des problèmes de fertilité représentent un sous-groupe de la population étasunienne plus enclin que d'autres à faire des démarches médicales, et donc d'avoir eu une maladie diagnostiquée précocement.

Toutefois, les résultats publiés dans Fertility and Sterilty suggèrent que de nombreuses maladies pourraient avoir des effets négatifs mal évalués sur la fertilité masculine. Le fait de détecter un problème de fertilité pourrait également suggérer la présence de pathologies mal diagnostiquées.

---

(1) Il s'agit de l'indice de comorbidité de Charlson, élaboré à la fin des années 1980 par le Dr Mary E. Charlson.

Source : Relationship between semen production and medical comorbidity. Michael L. Eisenberg et coll. Fertility and Sterility, 9 déc. 2014. doi:10.1016/j.fertnstert.2014.10.017