Entretien avec Fred Bladou, chargé de mission AIDES, le 5 novembre 2013
Entretien avec Fred Bladou, chargé de mission AIDES, le 5 novembre 2013

Sida et hépatite C : six fois plus de malades en détention

Les infections par le virus du sida et de l'hépatite C sévissent fortement dans le milieu carcéral français. Le nombre de personnes infectées est en moyenne six fois plus élevé en prison que dans la population générale, selon le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire publié par l'Institut de Veille sanitaire (InVs). Cette prévalence touche plus particulièrement les femmes.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Promiscuité, insalubrité, nombre élevé de consommateurs de drogues au mètre carré... les conditions de vie en milieu carcéral sont propices à la transmission du virus du sida et de l'hépatite C. L'enquête Prévacar, menée en 2010 par la Direction générale de la santé, en collaboration avec l'InVs, tire la sonnette d'alarme. Les résultats montrent que la prévalence du virus du sida et de l'hépatite C est six fois plus élevée en milieu carcéral que dans la population générale.

Les femmes plus touchées par le sida que les hommes

En prison, le nombre de personnnes contaminées est plus important chez les femmes. Il représente une proportion de 2,6% de la population carcérale féminine contre 2% chez les hommes. De manière générale, l'infection augmente avec l'âge jusqu'à 50 ans. Elle varie aussi selon le continent de naissance des détenus. Les personnes contaminées, nées en Afrique subsaharienne, sont les plus nombreuses (15,4%). Les personnes nées en France ne représentent que 1,1% des détenus infectés.

Dans 95% des cas, les détenus avaient en moyenne connaissance de leur séropositivité depuis neuf ans. Pour 75% des prisonniers, le traitement antirétroviral était en cours. Et 24% des personnes détenues ont découvert leur séropositivité lors de leur incarcération. La transmission était liée à des rapports hétérosexuels dans 75% des cas.

Plus atteintes par l'hépatite C que les hommes

Il en va de même pour l'hépatite C, une maladie infectieuse s'attaquant au foie. Elle est transmissible par voie sanguine, en particulier par l'usage de seringues usagées contaminées. La prévalence chez les femmes est significativement plus élevée que pour les hommes, respectivement 11,8% et 4,5%. Elle a tendance à augmenter avec l'âge jusqu'à 50 ans et varie en fonction du continent de naissance.

Dans 70% des cas, la transmission du virus est associée à l'usage de drogues. Elle reste inconnue pour 22% des personnes détenues et liée à une transfusion ou un tatouage pour 8% d'entre elles. Le délai moyen depuis la découverte de l'hépatite C, chez ces individus, s'estimait à 7 ans et 21,2% des personnes détenues l'avaient découvertes lors de l'incarcération actuelle. Près de la moitié des personnes détenues infectées par le virus de l'hépatite C recevait ou avait reçu un traitement pour l'hépatite C. Parmi les prisonniers ayant une hépatite chronique, 40,7% avaient bénéficié d'une évaluation de la fibrose au cours des 12 derniers mois et 36% suivaient un traitement.

La prévalence de la co-infection virus du sida et hépatite C chez les personnes détenues reste faible. Elle représente 0,08% de la population carcérale.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Les enquêteurs ont tiré au sort 2.154 individus dans 27 établissements, parmi les 60.975 personnes détenues en mai 2010. Les détenus ont répondu à un questionnaire où différentes données ont été recueillies (caractéristiques démographiques, le statut relatif à l'infection par le sida et l'hépatite C, les modes de contamination, le stade clinique et les traitements). Des informations complémentaires telles que le continent de naissance, la catégorie socioprofessionnelle ou encore le niveau d'éducation.