Sclérose en plaques : des statines pour ralentir la progression

Sclérose en plaques : des statines pour ralentir la progression

ÉTUDE - Ces dernières années, plusieurs études ont révélé que la simvastatine, une molécule de la famille des statines, possédait des propriétés neuroprotectrices et influait sur le système immunitaire humain. Un essai clinique britannique, impliquant 140 patients atteints de sclérose en plaques dans sa phase la plus avancée, suggère que ce médicament pourrait ralentir la progression de certains symptômes de la maladie.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Chez 50 à 65% des patients ayant déclaré une sclérose en plaques, 10 à 15 ans après les premières manifestations de la maladie, les symptômes neurologiques s'aggravent progressivement, les phases de régression de la maladie étant de plus en plus incomplètes. On parle alors de SEP secondairement progressive.

"Aujourd'hui, aucun traitement satisfaisant n'existe pour soigner les SEP secondairement progressives", rappellent les auteurs de l'étude publiée dans The Lancet.

Considérant certains effets secondaires positifs de la simvastatine (1) sur le système nerveux et l'immunité, les chercheurs ont mis en place un essai clinique incluant 140 patients en SEP secondairement progressives, âgés de 18 à 65 ans. Ils ont administré de fortes doses du médicament à la moitié des malades, l'autre recevant un placebo.

A l'issue de trois années d'expérimentation, l'IRM a révélé que la vitesse de progression de l'atrophie cérébrale (c'est-à-dire la diminution du volume du cerveau) était réduite de 43% chez les patients sous simvastatine.

Dans des échanges avec la presse anglophone, les chercheurs avouent avoir été surpris par de si bons résultats.

A l'issue de deux évaluations distinctes, menées de façon rigoureuse (2), le taux d'invalidité des patients sous statine s'est révélé légèrement mais significativement plus faible que celui du groupe témoin. Les patients sous simvastatine avaient notamment de meilleurs scores de motricité.

"C'est une conclusion prometteuse," commentent les auteurs de ces travaux, "d'autant plus que les statines ont un faible coût et sont déjà largement utilisées."

Un essai clinique de plus grande envergure est d'ores et déjà envisagé par l'équipe britannique, qui pourrait également inclure des patients à des stades moins avancés de la maladie.

Source : Effect of high-dose simvastatin on brain atrophy and disability in secondary progressive multiple sclerosis (MS-STAT): a randomised, placebo-controlled, phase 2 trial. J. Chataway et coll. The Lancet, 19 mars 2014. doi:10.1016/S0140-6736(13)62242-4


---
(1) La simvastatine est une molécule de la famille des statines, qui accélère la dégradation de certains transporteurs du cholestérol dans le sang (les transporteurs de faible densité, ou LDL).

(2) L'évaluation a été réalisée par questionnaire en double-aveugle, c'est-à-dire par des médecins ignorant la nature du traitement reçu par les patients (statine ou placebo), eux-mêmes sans indice de la nature des comprimés reçus.

 

 

Chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP), les globules blancs quittent la circulation sanguine, s’agglutinent localement dans le système nerveux et y provoquent une réaction inflammatoire.

L’inflammation se traduit par une destruction de la myéline (la "gaine" qui isole les nerfs et favorise le passage du signal), et le message nerveux n'est plus transmis. Selon le site de l’inflammation, différents symptômes neurologiques apparaissent (baisse de la vision, vertiges, décoordination des mouvements, troubles sensitifs), pour quelques semaines en moyenne, puis régressent. Ces "poussées" laissent des lésions dans le système nerveux, visible à l'IRM sous forme de plaques.