4 à 5% des enfants de 6 à 18 mois font au moins un spasme du sanglot dans leur vie (© erllre - Fotolia.com)
4 à 5% des enfants de 6 à 18 mois font au moins un spasme du sanglot dans leur vie (© erllre - Fotolia.com)

Qu'est-ce qu'un spasme du sanglot ?

C'est un spasme qui survient chez l'enfant lors d'une crise de larmes. Comment explique-t-on ces spasmes ? Michel Cymes et Marina Carrère d'Encausse expliquent le spasme du sanglot.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Le spasme du sanglot est une pause respiratoire de quelques secondes qui peut survenir quand un enfant en bas âge fait une grosse colère. C'est souvent très impressionnant pour les parents, mais c'est absolument sans danger pour l'enfant.

En pratique voilà ce qu'il se passe : à la suite d'une forte contrariété, l'enfant se met à pleurer et à hurler. Progressivement, il a de plus en plus de mal à respirer. Puis subitement sa respiration se bloque, sa peau se cyanose et devient bleue. Pendant cette apnée forcée, le sang irrigue moins bien le cerveau et cela provoque une brève perte de connaissance, une sorte de syncope. La première fois, les parents imaginent le pire et appellent les secours, paniqués. Heureusement, la perte de connaissance ne dure que quelques secondes. L'enfant retrouve ensuite ses couleurs et une respiration normale.

Ces spasmes sont souvent liés à une stimulation excessive du nerf vague qu'on appelle aussi le nerf pneumogastrique. Il est notamment connecté au cœur et au tube digestif. Quand il est trop stimulé, il va donner l'ordre au cœur de ralentir, la tension chute et le cerveau est moins bien irrigué. Chez l'adulte, on parle de malaise vagal.

Donc pas de panique, si vous assistez à ce type de spasme pendant une crise de larmes, il n'y a aucun danger. Il faut essayer de calmer votre enfant en l'allongeant et en lui parlant doucement pour qu'il reprenne son souffle. Eviter de trop manifester votre inquiétude, car l'enfant peut vite en jouer et multiplier les crises pour vous faire céder.