Naissance royale : c'est un garçon

Naissance royale : c'est un garçon

C'est certainement la naissance la plus attendue de ces dernières semaines. Hier à 16h24 (17h24 heure française), la duchesse de Cambridge, Kate Middleton a mis au monde un petit garçon de 3,8 kg à Londres. Selon un communiqué du Palais de Buckingham, la jeune femme de 31 ans et le "bébé royal" se portent bien. Cet évènement est pour nous l'occasion de revenir sur quelques différences qui existent entre la France et l'Angleterre.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Première grande différence, elle concerne le temps d'hospitalisation. Alors qu'en France les jeunes mères sont invitées à rester trois ou quatre jours à l'hôpital après leur accouchement, en Angleterre le retour à domicile peut se faire quelques heures après l'accouchement. "En Angleterre, si la mère et l'enfant vont bien ils peuvent rentrer à la maison dans les heures qui suivent l'accouchement, et si l'accouchement a lieu par césarienne ils ne resteront que 24 ou 48h de plus à l'hôpital", explique Chantal Birman, sage-femme libérale. Si l'on en croit le communiqué du Palais de Buckingham, Kate Middleton et son petit garçon devraient donc sortir de la maternité aujourd'hui.

Si le temps passé à la maternité est aussi court outre-Manche, c'est que la prise en charge se poursuit ensuite à domicile : "Une fois que la mère est rentrée chez elle, une sage-femme lui rend visite plusieurs fois pour s'assurer que tout va bien. En général une première visite a lieu dès le lendemain. Pendant cette visite, la sage-femme montre par exemple à la jeune mère comment se doucher malgré les cicatrices et comment procéder à la mise au sein si la mère a choisi d'allaiter. Puis, les visites se font selon les besoins", explique Chantal Birman. En cas de césarienne, une sage-femme vient à domicile pour retirer les fils et vérifier la bonne cicatrisation.

En France, le plus souvent aucune visite n'est prévue à domicile. "Les sages-femmes sont amenées à faire des visites quand il s'agit de femmes très jeunes ou avec des pathologies qui nécessitent un suivi particulier comme du diabète, des phlébites ou des problèmes de coagulation", explique Chantal Birman.

Pour Chantal Birman, un retour rapide à la maison comme celui prévu par le modèle anglais, est préférable si la mère et l'enfant sont en bonne santé, mais uniquement si la mère est bien entourée : "Si la jeune maman se retrouve dès son retour à devoir gérer son bébé, les courses, le ménage et les autres enfants, elle récupérera beaucoup moins vite, elle pourrait même tomber en dépression sans avoir le temps de s'en rendre compte ! Dans ce cas, il vaut mieux donc prendre le temps de préparer le retour à la maison".

Différence culturelle

Ces différences de prise en charge s'expliquent aussi par la culture propre à ces deux pays.

"En France, on a l'habitude d'être "hyper médicalisé", les jeunes mères sont rassurées d'avoir des médecins juste à côté de leur chambre au cas où quelque chose arrive, ça les rassure et ça les met en confiance, une fois seules chez elles, elles se sentent en insécurité. En Angleterre ce n'est pas la même chose, les futures mères sont mieux préparées avant l'accouchement, il y a d'ailleurs beaucoup moins de péridurales !!", explique Chantal Birman.

Cette différence de culture s'observe aussi dès la sortie de la salle d'accouchement. En Angleterre les mères sont installées dans des chambres communes où elles sont parfois six. En France, les chambres sont doubles la plupart du temps et nombreuses sont celles qui demandent une chambre individuelle : "L'avantage des grandes chambres communes, c'est que les mères discutent entre elles, elles partagent leurs émotions, leurs angoisses, elles se sentent comme les autres ce qui est important pour le moral. En France, les mères ressentent parfois de l'isolement dans leur chambre, ce qui peut les rendre encore plus fragiles", Chantal Birman.

De retour à domicile la duchesse de Cambridge et son fils seront sans aucun doute très bien entourés. Kate et son prince auront donc bien du temps pour découvrir et profiter de cette nouvelle vie royale à trois.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :