Méningite : trois décès confirmés à Nice

Selon une information de Nice Matin, confirmée par l’Agence Régionale de Santé (ARS) de PACA, trois jeunes adultes sont décédés ce week-end de méningites à méningocoque. Un quatrième cas d'infection, évoqué par le quotidien régional, reste à confirmer. Les proches des victimes ont reçu des traitements médicamenteux pour éviter tout risque de propagation du germe.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Méningite : trois décès confirmés à Nice

Contactée par la rédaction d'Allodocteurs.fr, l'ARS confirme que l'un des trois patients, un homme de 22 ans résident de longue durée au Centre Hospitalier Sainte-Marie de Nice, est décédé d'une méningite de type B.

Les deux autres victimes, agées de 22 et 29 ans, appartenaient à la même famille. Une atteinte par le méningocoque C est ici suspectée par l'ARS, l'information devant être confirmée dans le courant de la journée du 25 février. La famille du plus jeune des deux hommes n'a pas souhaité que soit réalisée une autopsie, toutefois le "contexte infectieux" autorise à pronostiquer une méningite.

La méningite correspond à l'inflammation des méninges qui enveloppent le système nerveux (notamment la moelle épinière et le cerveau).

Le plus souvent, la méningite est virale (près de 80% des cas) ou bactérienne (près de 20%). Beaucoup plus rarement, la méningite peut être provoquée par un cancer ou une maladie inflammatoire (lupus).

Les méningites bactériennes constituent les formes infectieuses les plus graves. Un traitement antibiotique précoce est alors nécessaire pour diminuer les risques de décès (20% chez l'adulte et 10% chez l'enfant) et de séquelles (30%). Les principales bactéries incriminées sont le pneumocoque, le méningocoque et l'Haemophilus.

Différentes bactéries peuvent causer une méningite. Selon l'OMS, Neisseria meningitidis est la plus susceptible de provoquer des épidémies importantes. Douze sérogroupes de Neisseria meningitidis sont recencés, six étant connus pour provoquer des épidémies (A, B, C, W135, X et Y).

Les symptômes de la méningite sont, chez l'adulte ou l'enfant capable de s'exprimer, outre une forte fièvre, de maux de tête violents, des nausées et vomissements, une raideur de la nuque et une hypersensibilité à la lumière. Dans les formes graves, il peut y avoir des troubles de conscience, une agitation ou au contraire un coma ou une crise d'épilepsie.

Ces symptômes doivent conduire à un appel au SAMU Centre 15.

Comment peut-on prévenir la méningite ?

La prévention repose essentiellement sur deux moyens : la vaccination et les antibiotiques préventifs. On dispose de vaccins antiméningococciques polyosidiques pour lutter contre cette maladie : un vaccin antiméningococcique conjugué A, des vaccins conjugués C, des vaccins quadrivalents A, C, Y et W135 conjugués, et des vaccins antiméningococciques polyosidiques.

En cas de survenue d'une méningite (infection invasive à méningocoque C), une mise à jour de ces vaccinations dans l'entourage est préconisée et en fonction du type de méningite, des antibiotiques préventifs sont prescrits.