Vidéo : ''Le paludisme, une infection très ancienne'', la chronique du Dr Bruno Halioua, du 4 mars 2014
Vidéo : ''Le paludisme, une infection très ancienne'', la chronique du Dr Bruno Halioua, du 4 mars 2014

Le paludisme, une infection très ancienne

Le paludisme est une maladie infectieuse qui tue encore aujourd'hui jusqu'à 800.000 personnes chaque année dans le monde. Et cette affection très ancienne a bouleversé un certain nombre de conflits. Les explications avec le Dr Bruno Halioua, historien de la médecine.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Le paludisme était une affection connue depuis longtemps comme un véritable fléau pour les hommes mais aussi pour les soldats. Alexandre le Grand, par exemple, est devenu roi de Macédoine à la mort de son père en 336 avant JC. Mais ce jeune roi ne s'est pas contenté de soumettre la Grèce, il a accumulé pendant près de dix ans des conquêtes qui l'ont amené jusqu'aux portes de l'Inde. À son retour à Babylone au début de 324 avant JC, alors qu'il était à la tête d'un empire, Alexandre le Grand a été victime comme l'a écrit un historien d'"un moustique qui a changé le cours de l'Histoire". En effet, Alexandre le Grand qui était l'homme le plus puissant du monde a été victime d'une banale piqûre de moustique qui lui a transmis le paludisme dont il est mort.

Le paludisme plus meurtrier que les combats

Dans l'Iliade d'Homère, on nous explique que les armées rassemblées devant la ville de Troie dans une zone marécageuse ont été décimées par une "fièvre" que les chaleurs apportaient aux misérables mortels. Il semble qu'il s'agissait en fait du paludisme qui a littéralement décimé les armées opposées aux Troyens jusqu'à ce qu'Achille ait l'idée de construire le cheval de Troie.

Lorsqu'on s'intéresse à l'histoire, on s'aperçoit que dans de nombreux conflits, le nombre de soldats victimes du paludisme a été plus important que celui victimes des combats proprement dit. C'est le cas par exemple de certaines campagnes de Napoléon, de la guerre de Sécession ou au cours de la Première Guerre mondiale, la campagne des Dardanelles où les armées franco-anglaises ont eu plus de décès par paludisme que par les combats face aux armées turques. Ce fut également le cas de la guerre du Pacifique au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La guerre contre le paludisme

Au cours de la guerre du Pacifique, il a été recensé dans l'armée américaine 200.000 cas de paludisme. Ce qui est colossal. Le cours de certaines batailles pour la reprise des îles du Pacifique a été bouleversé par le paludisme. En mai 1943, le général Douglas MacArthur, chef d'état-major de l'armée américaine a déclaré à ses hommes : "Aujourd'hui pour chaque division que j'ai face à l'ennemi, je dois compter sur une deuxième division qui se trouve à l'hôpital hospitalisé pour son paludisme et une troisième division en convalescence de cette maladie".

Face à ce problème du paludisme, les médecins militaires américains ont adopté des mesures de prévention afin que les soldats soient sensibilisés au paludisme. Ils ont fait appel aux service de propagande pour informer les soldats sur les dangers du paludisme. Répondant à l'appel du président Roosevelt, les studios d'Hollywood se sont mis au service de l'effort de guerre. Et dans ce contexte, le talent des réalisateurs des studios de dessins animés ont été mis à contribution pour réaliser un film extraordinaire de propagande visant à expliquer le mode de transmission du paludisme aux jeunes marines. D'autres dessins animés sur les méthodes de prévention ont aussi vu le jour.

À la recherche d'un remède contre le paludisme

Au cours de la guerre du Vietnam, l'armée américaine a été également confrontée au paludisme. Mais pas seulement l'armée américaine. Les troupes nord-vietnamiennes ont perdu plus de soldats par le paludisme que par les armes. Les Nord-vietnamiens se sont alors tournés vers la Chine pour essayer de trouver une solution.

En 1967, des chercheurs militaires chinois se sont donc attelés à étudier les remèdes traditionnels à base de plantes pour essayer d'en trouver un efficace contre la variété de paludisme. Ils ont observé que les habitants d'une région de Chine buvaient dès les premiers symptômes du paludisme une décoction issue de qing hao qui est extrait d'une variété d'armoise qui pousse dans cette région.

Le professeur de pharmacologie Youyou Tu a ainsi mis au point l'artémisine qui est le médicament le plus efficace en 2014 contre le paludisme. Les guerres apportent parfois des solutions inattendues en matière de pharmacologie.

En savoir plus sur le paludisme