La vaisselle en bambou présente-telle un risque pour les enfants ?
Crédits Photo : CC0 Domaine Public / Piqsels

La vaisselle en bambou présente-telle un risque pour les enfants ?

Des composés chimiques utilisés pour la fabrication de la vaisselle en bambou pourraient passer dans les aliments et représenter un risque pour la santé des enfants, alerte 60 millions de consommateurs.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Elle a le vent en poupe pour remplacer le plastique mais est-elle sans danger pour la santé des plus petits ? La vaisselle en bambou inquiète les experts de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF), alerte le magazine 60 millions de consommateurs dans un article publié le 27 janvier.

En effet, la DGCCRF est à l’origine d’une dizaine de rappels de bols, fourchettes, saladiers, lunch box, coupelles, gobelets et mugs en bambou au cours des derniers mois. Objet du rappel, pour la plupart de ces ustensiles : la "migration de composants (vers) les aliments" et un "risque chimique".

A lire aussi : Nous ingérons jusqu'à 5 grammes de plastique par semaine

13,8% d’anomalies

En 2013, déjà, la DGCCRF avait mené l’enquête en contrôlant 45 échantillons. Elle avait alors émis 25 avertissements. Selon ces analyses, 13,8% des échantillons présentaient des anomalies quant à leur aptitude à être en contact avec des aliments. La DGCCRF observait notamment une migration de formaldéhyde, de phtalates et de mélamine du contenant en bambou vers le contenu alimentaire.

Une résine plastique utilisée pour la fabrication

Mais pourquoi ces composés chimiques sont-ils présents dans la vaisselle en bambou ? Parce que le bambou est une plante et non un bois, et qu’il est donc travaillé "sous forme de fibres ou de poudre, nécessitant d’être agglomérés" explique à 60 millions Anne Lafourcade, ingénieure en santé environnementale.

Et c’est pour réaliser ces agglomérats que les industries utilisent une résine plastique à base de mélamine et formaldéhyde, qui peuvent ensuite migrer dans les aliments s’ils sont de mauvaise qualité.

Toxicité pour les reins, cancérogènes, effets sur le développement…

Des composés qui ne sont pas les bienvenus dans les aliments, surtout lorsqu’ils sont destinés à de jeunes enfants. La mélamine est en effet suspecté d’être toxique pour les reins lorsqu’elle est ingérée. Le formaldéhyde est reconnu par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme une "substance cancérogène avérée pour l’homme"

Enfin, l’Agence Européenne des Produits Chimiques (ECHA) a classé les phtalates comme cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction. Ils auraient également des effets nocifs sur le développement des fœtus et des nouveau-nés.

Problème : aucune réglementation n’encadre pour le moment la poudre de bambou. A l’instar de l’Autriche, "ne faudrait-il pas interdire la vente de vaisselle en bambou ? » propose même 60 millions de consommateurs, invoquant le principe de précaution. "En attendant, préférez les récipients en verre, en acier inoxydable, en porcelaine ou encore polypropylène" recommande le magazine.