Un conservateur interdit dans les cosmétiques

Le chloroacétamide est désormais interdit par l'Agence de sécurité du médicament dans les produits cosmétiques. Des études sur les rats ont montré ses risques reprotoxiques, c'est-à-dire que la substance - qui passe à hauteur de 56 % de la peau à la circulation sanguine - peut nuire à la fertilité.

Rédigé le

Un conservateur interdit dans les cosmétiques
Un conservateur interdit dans les cosmétiques

Alors que le chlorocétamide, une substance utilisée comme conservateur dans les produits cosmétiques, fait l'objet d'un projet d'interdiction par la Commission européenne car il peut nuire à la fertilité ; l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a anticipé cette interdiction en ordonnant le retrait du marché français des produits contenant cette substance.

Cette décision de l'ANSM, en date du 14 juin 2012, concerne également la fabrication, l'importation ou l'exportation, la distribution en gros, à titre gratuit ou onéreux et encore l'utilisation de ces produits.

Produit chimique industriel, le chloroacétamide a aussi déjà été utilisé comme agent de conservation dans les pesticides ou dans les peintures, les adhésifs, les colorants, les détersifs.

Danger grave

C'est en raison de la classification du chloroacétamide en tant que "substance reprotoxique de catégorie 2, c'est-à-dire susceptible de nuire à la fertilité", et en s'appuyant sur un avis du Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC,) que l'ANSM a conclu que "la marge de sécurité concernant cette substance n'était pas suffisante et que sa présence dans les produits cosmétiques était donc susceptible de présenter un danger grave pour la santé humaine".

Diminution du poids des testicules

Des études de toxicité chez le rat ont montré que 56 % de chloroacétamide arrive dans la circulation sanguine après application cutanée. Il résulte d'autres études menées par voie orale chez le rat qu'à partir de la dose de 12,5 mg/kg de poids corporel/jour, "le chloroacetamide est susceptible de provoquer des effets systémiques tels qu'un élargissement de la thyroïde et une diminution du poids du foie chez les femelles, une diminution du poids des testicules, des altérations de la spermatogenèse et une prolifération des cellules de Leydig chez les mâles permettant de conclure que le chloroacétamide est susceptible d'altérer la fertilité".

Une substance abandonnée depuis longtemps

Laurence Wittner, spécialiste à l'Observatoire des cosmétiques, reste un peu dubitative par cette annonce de l'ANSM : "Depuis 8 ans que je travaille à l'Observatoire, je n'ai jamais vu de chloroacetamide dans la composition des produits cosmétiques, et nous avons pourtant 7 200 produits référencés dans notre base de données. Je me demande quelle est la pertinence de cette publication alors que cette substance avait été abandonnée depuis longtemps, et qu'il y a d’autres substances bien plus problématiques et largement plus présentes dans certains produits cosmétiques."

Plusieurs conservateurs ont depuis longtemps remplacé le chloroacetamide. Le paraben est le plus fréquent et le plus sûr au niveau toxicologique, mais les libérateurs de formol, ou encore les triazolinones sont aussi utilisés dans les formules.  

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

 

 

 

 

 

Sponsorisé par Ligatus