Prothèses PIP : l'Agence du médicament mise en cause

Se référant à un rapport interne de l'Agence du Médicament (ANSM, ex-Afsaaps), le site Médiapart révèle que l'agence avait suffisamment d’éléments à sa disposition dès début 2008 pour lancer une enquête contre la société PIP.

Rédigé le , mis à jour le

Prothèses PIP : l'Agence du médicament mise en cause

Dans un article mis en ligne le 1er octobre 2013, le site Médiapart fait état d'un rapport confidentiel interne à l'ANSM, rédigé pendant le premier trimestre 2012 et transmis en avril 2012 à la direction de l'agence, qui révèle de graves dysfonctionnements.

Le document affirmerait en effet "que l'agence aurait pu suspendre la commercialisation dès 2007 ou 2008" et a, "du même coup, laissé inutilement 6.000 à 10.000 femmes se faire implanter des prothèses PIP". Le même document affirme que les données de matériovigilance dont disposait l'Afssaps démontre que "l'augmentation des ruptures pour les prothèses PIP [s']est amorcée dès 2006."

L'existence d'alertes précoces sur l'affaire a déjà été révélée par la presse. Cependant, "c'est la première fois que la critique émane de l'intérieur de l'agence", note Michel de Pracontal, qui signe l'article. Aucune explication aux dysfonctionnements constatés dans les processus de contrôle de l'agence n'est avancée par le rapport.

Médiapart note par ailleurs que le rapport officiel sur l'affaire PIP rédigé par l'ANSM en février 2012 ne fait pas mention de tous les constats d'incidents qui lui avaient été transmis, dès 2006, par des chirurgiens. Certaines données de toxicologies recueillies par l'agence sont également absentes du rapport.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :