Petit rat : lève-toi et marche !

Une équipe de chercheurs en Suisse a réussi à rétablir la marche chez des rats devenus paraplégiques après une lésion de leur moëlle épinière.

Rédigé le

Petit rat : lève-toi et marche !
Petit rat : lève-toi et marche !


Ce n'est pas un miracle, mais la réussite d'une expérience qui suscite beaucoup d'espoirs. Des chercheurs de l'école de Polytechnique fédérale de Lausanne ont réussi à faire marcher des rats paraplégiques.

Ces rongeurs souffraient de lésions importantes de la moelle épinière. La moelle épinière est la partie du système nerveux qui conduit les messages du cerveau vers le reste du corps. Mais quand elle est sectionnée ou abîmée, la transmission du message est rompue et les membres ne répondent plus au cerveau.

D'abord, réveiller la moelle épinère

L'équipe de chercheurs, dirigée par un le Français Grégoire Courtine, ont réussi à rétablir cette communication. Ils ont injecté sous la partie abîmée un cocktail de molécules stimulant les cellules nerveuses. Puis ils ont stimulé électriquement la moelle sous la lésion. Ce double traitement a "réveillé" la moelle épinière en reproduisant les messages que le cerveau transmettait avant lésion.

Une fois réveillée, la moelle est d'abord capable de recevoir et d'interpréter les messages envoyés par les organes sensoriels, c'est-à-dire les informations perçues, par exemple par la voûte plantaire.

Pour faire remarcher les rats, l'équipe a d'abord soumis les rongeurs à des exercices de marche "intuitive" : soutenus par un harnais robotisé, sur un petit tapis roulant, les pattes du rats se sont remises à bouger maladroitement sous la stimulation du mouvement du tapis. Il s'agissait alors de mouvements "réflexes".

Puis rétablir le passage des messages provenant du cerveau

Plus on l'entraîne à traiter ces informations, plus la moelle devient réactive. Les chercheurs ont constaté avec surprise que certaines connexions nerveuses s'étaient rétablies, que les fibres abîmées s'étaient régénérées et pouvaient de nouveau transmettre les ordres. Après plusieurs semaines d'entraînement, les rats ont été capables de mieux gérer ces mouvements, mais surtout, ils ont réussi à se déplacer volontairement, nécessitant de moins en moins l'aide du harnais robotisé.

On savait déjà depuis quelques années que la moelle pouvait se régénérer, mais pas au point de retrouver toute sa fonctionnalité. Des essais sur l'homme seront menés d'ici un à deux ans. Mais ils ne pourront concerner que les patients atteints de lésions incomplètes. Il faut qu'il reste en effet une petite partie de moelle épinière non sectionnée pour les connexions puissent se rétablir.

En savoir plus