Mélanomes avancés : bénéfices confirmés des traitements par ipilimumab

L'ipilimumab, un anticorps utilisé pour traiter les mélanomes au stade avancé, accroîtrait significativement les chances de survie d'un patient sur cinq, selon une analyse réalisée sur dix ans. Ces résultats ont été présentés le 28 septembre 2013 au Congrès européen de cancérologie d'Amsterdam.

Rédigé le

Mélanomes avancés : bénéfices confirmés des traitements par ipilimumab
Mélanomes avancés : bénéfices confirmés des traitements par ipilimumab

L'intérêt de l'intégration de l'ipilimumab dans différentes thérapies de lutte contre le mélanome avait été suggéré au cours des phases successives de plusieurs études cliniques (voir encadré). Plus de dix ans après l'initiation de ces recherches, des chercheurs ont étudié l'impact réel du traitement sur les chances de survie des patients.

Avant qu'un traitement puisse être mis sur le marché, trois phases d'études successives doivent être réalisées.

Les études de phase I ont pour objectif d'évaluer la tolérance et l'absence d'effets indésirables du traitement chez un nombre restreint volontaires sains ou de patients en impasse thérapeutique.

La phase II a pour objectif de déterminer la dose optimale du traitement, ainsi que les éventuels effets indésirables associés chez les malades.

La phase III, portant sur des groupes de plus d'un millier de personnes, permet de comparer le traitement à un traitement de référence ou à un placebo, et ainsi d'en évaluer l'efficacité réelle.

Pour près de quatre patients sur cinq, les chances de survie ne sont que très faiblement augmentées. En effet, 78% des patients concernés par l'étude seraient décédés moins de trois ans après le début de la prise du médicament.

Mais pour les 22% restants, les effets du traitement se révèlent spectaculaires. Près de huit personnes sur dix ayant survécu après trois ans de traitement ont en effet l'assurance de vivre plus de sept ans.

Selon les chercheurs, qui ont présenté leurs travaux au Congrès européen de cancérologie, un patient inclus dans l'un des tout premiers essais cliniques de l'ipilimumab aurait vécu neuf années et onze mois après le début du traitement.

Des études antérieures avaient déjà démontré que les personnes sensibles à l'ipilimumab pouvaient espérer vivre près de cinq années après le début du traitement. Cette nouvelle recherche confirme donc les bénéfices de l'ipilimumab, dont les effets secondaires ne sont pourtant pas à négliger.

L'ipilimumab est un anticorps humain qui peut activer certaines cellules immunitaires (les "CTLA-4") qui combattent les mélanomes. Ces cellules immunitaires activées peuvent cependant, dans certains cas, attaquer des cellules saines de l'organisme.

Commercialisé depuis 2011 aux Etats-Unis, l'ipilimumab est aujourd'hui le seul traitement disponible pour traiter la forme métastatique du mélanome.

Sources : Pooled analysis of long-term survival data from phase II and phase III trials of ipilimumab in metastatic or locally advanced, unresectable melanoma, Schadendorf, Hodi et al. Résumé disponible sur le site du Congrés Européen de Cancérologie et compte-rendu de la présentation publique, sur le même site.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :