Le fucoidan pour mieux repérer les risques cardiovasculaires

Une équipe de l'Inserm a mis au point une technique permettant de repérer par imagerie médicale les zones pouvant entraîner un risque cardiovasculaire à l'aide du fucoidan. On trouve notamment cette molécule dans les algues marines.

Rédigé le , mis à jour le

Le fucoidan est une molécule qui se trouve essentiellement dans les algues brunes marines. On lui prête de nombreuses vertus médicinales pour aider à lutter contre certains lymphomes ou l'hyperplasies. Une équipe de chercheurs de l'Inserm lui a trouvé une nouvelle utilité et l'a publiée dans le Journal of Nuclear Medicine. Le fucoidan a une affinité particulière avec la P-sélectine sur laquelle il se fixe. Or, cette protéine est exprimée par les plaquettes et les cellules endothéliales (celles des vaisseaux qui sont directement en contact avec le sang) lors de la coagulation. On va donc la retrouver près des lésions et des caillots, qui sont des facteurs de risques cardiovasculaires.

Les scientifiques ont donc associé au fucoidan un marqueur radioactif, puis l'ont injecté dans des souris possédant des lésions artérielles. Observées par scintigraphie, les zones altérées apparaissaient nettement. Fort de ce succès, ils ont également réalisé le même procédé avec une IRM en remplaçant l'élément radioactif par de l'oxyde de fer. Le résultat a été tout aussi concluant. A présent l'équipe cherche à associer la molécule à un agent de contraste aux ultrasons afin de pouvoir réaliser la même expérience avec une échographie. Des essais cliniques sur l'homme sont envisagés dès que possible. L'Inserm a déposé un brevet pour l'usage de la molécule en imagerie médicale.

Trouvable et extractible en quantité facilement pour un moindre coût, le fucoidan pourrait trouver une application non seulement dans la prévention cardiovasculaire, mais aussi au cours d'un traitement pour vérifier son efficacité selon le docteur Jean-Baptiste Michel, un des co-auteurs de l'étude.

Source : "Une algue marine pour dépister le risque cardiovasculaire", Inserm, 28 octobre 2011

En savoir plus

Sponsorisé par Ligatus