Grippe : le Tamiflu® serait inefficace selon un groupe d'experts indépendant

Des millions de doses de Tamiflu®, antigrippal des laboratoires Roche, ont été achetées par la France lors de l'épidémie de grippe A H1N1 de 2009. Après avoir passé au crible l'intégralité des essais cliniques, un groupement d'experts indépendant estime "[rien ne permet aujourd'hui d'affirmer que] ce médicament réduit les admissions à l'hôpital ou les complications liées à la grippe". L'efficacité réelle du Tamiflu® se limiterait, selon eux, à une réduction des symptômes grippaux de l'ordre "d'une demi-journée".

Rédigé le

Grippe : le Tamiflu® serait inefficace selon un groupe d'experts indépendant
Grippe : le Tamiflu® serait inefficace selon un groupe d'experts indépendant

De septembre 2009 à la fin de l'année 2013, le prestigieux British Medical Journal a mené une campagne acharnée pour que les laboratoires Roche rendent public le détail de huit essais cliniques "démontrant" l'efficacité du Tamiflu®.

Le Tamiflu® (oseltamivir) est un médicament développé par Roche destiné au traitement de la grippe saisonnière et la grippe pandémique. La molécule est transformée au niveau du foie en un composé qui interagit avec la neuraminidiase, l'un des récepteurs de surface des virus grippaux.

Le Tamiflu® avait été largement stocké en 2009 par de nombreux pays européens, en prévision d'une épidémie de grippe A.

"L'oseltamivir a rapporté des milliards à Roche", écrivait un éditorialiste de la revue en octobre 2012. "Mais pourquoi cette entreprise refuse-t-elle de donner accès aux données cliniques complètes, tant aux médecins qu'aux patients ?"

A force de pressions, le laboratoire a transmis ses données aux experts de la Collaboration Cochrane – groupement international d'experts médicaux réputé pour son indépendance et sa très grande rigueur. Des dizaines de milliers de pages ont été passées aux cribles par les experts.

Or, selon la Collaboration Cochrane, les rapports d'essais cliniques "brossent un tableau beaucoup moins positif de l'oseltamivir que celui présenté aux organismes de réglementation, aux décideurs, aux professionnels médicaux et au grand public".

Les bénéfices du Tamiflu® auraient été "largement surestimés" et ses effets secondaires négatifs "sous-déclarés". "L'étude n'a trouvé aucune preuve convaincante à l'appui des allégations selon lesquelles l'oseltamivir réduit le risque de complications de la grippe telles que la pneumonie ou la durée d'hospitalisation", "revendications qui ont été utilisées pour justifier la constitution de stocks de médicaments à l'échelle internationale".

Pour le British Medical Journal, ces conclusions "interrogent gravement les décideurs politiques". "Pourquoi personne [n'a, plus tôt, exigé] ce niveau de contrôle avant de dépenser de telles sommes pour un médicament ? Et pourquoi [le] système d'évaluation des médicaments [est-il] incapable d'apporter aux patients, aux professionnels de santé et aux décideurs des informations fiables et indépendantes en temps opportun ?"

Selon la Collaboration Cochrane, les études en faveur du Tamiflu® comportent de très nombreux biais méthodologiques. Par exemple, la notion de "pneumonie" serait très vaguement définie dans l'ensemble de ces travaux, et recouvrirait de nombreuses affections respiratoires sans lien avec la grippe.

"Il est parfois impossible de déterminer qui sont les auteurs des études publiées", dénoncent les scientifiques. En outre, les études publiées ne reposeraient "que sur une frange très sélective des données collectées"… De ce fait, selon eux, toutes les méta-analyses qui ont pu être réalisées jusqu'à présent ne reposent sur aucune donnée fiable.

Les chercheurs notent également qu'aucun essai n'a été conduit par une entité indépendante du fabricant.

Avec le Tamiflu®, "la grippe ne dure pas 7 mais 6,3 jours"

Selon l'analyse menée par les chercheurs, le médicament n'est pas "inefficace", puisqu'il réduit la persistance des symptômes de la grippe de sept jours à 6,3 jours chez les adultes et à 5,8 jours chez les enfants. Mais ces bénéfices ne sont, théoriquement, pas supérieurs à ceux d'une simple prise de paracétamol. De fait, observent les experts, "tous les essais cliniques ont été menés en comparaison d'un placebo, plutôt qu'en comparaison avec un autre médicament destiné à soulager les symptômes grippaux, tel que le paracétamol".

Concernant les effets du médicament sur le développement d'une pneumonie, les essais cliniques n'auraient pas révélé "pas d'effet visible".

En revanche, un certain nombre d'effets secondaires auraient été sous-évalués, parmi lesquels des nausées, des maux de tête, des troubles psychiatriques, des problèmes rénaux et des risques d'hyperglycémie.

Sans attendre, les laboratoires Roche ont réagi à la publication de ces travaux. Sur le site BBC News, le directeur de la branche britannique du groupe, le Dr Daniel Thurley a longuement critiqué la méthodologie employée par la collaboration Cochrane pour synthétiser les données mises à leur disposition.

Sources :

  • The Tamiflu trials BMJ, 10 avril 2014 doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.g2630
  • Neuraminidase inhibitors for preventing and treating influenza in healthy adults and children. Tom Jefferson et coll. DOI: 10.1002/14651858.CD008965.pub4
  • Tamiflu & Relenza: how effective are they ? Collaboration Cochrane, 10 avril 2014

En savoir plus :

Sponsorisé par Ligatus