Grippe : des traitements antiviraux pour les plus fragiles

Face à une épidémie de grippe qui gagne du terrain, le recours aux traitements antiviraux est recommandé par le ministère de la Santé. Selon lui, ils réduiraient la gravité de la maladie, ainsi que la durée d'hospitalisation chez les patients les plus fragiles.

Rédigé le

Grippe : des traitements antiviraux pour les plus fragiles
Grippe : des traitements antiviraux pour les plus fragiles

Alors que la grippe a atteint son seuil épidémique la semaine dernière, le ministère de la Santé a préconisé la prescription de médicaments antiviraux (comme le Tamiflu®) pour les personnes les plus fragiles. En cause notamment : le manque d'efficacité du vaccin saisonnier. Son niveau de protection est estimé à 23%, en raison d'une mutation au sein de la souche actuelle de la grippe A(H3N2). "Les cas de grippe recensés à ce jour sont dus principalement à la circulation de virus A(H3N2)", qui différent de la souche utilisée dans le vaccin, expliquait la Direction Générale de la Santé (DGS), le 23 janvier.

L'efficacité du Tamiflu® controversée

Le Tamiflu® est l'antiviral contre la grippe le plus connu. Pourtant son efficacité fait largement débat. Selon une étude publiée en avril 2014 dans le British Journal of Medecine, ce traitement n'aurait aucun effet sur la sévérité de la grippe, ni sur la durée d'hospitalisation. Les chercheurs avaient alors déclaré que les bénéfices du Tamiflu®, commercialisé par le laboratoire Roche, étaient "largement surestimés" : le Tamiflu® ne réduirait la durée de la grippe que de 0,7 jours...

"L'utilisation précoce (dès les premières 48 heures) des traitements antiviraux pour les personnes fragiles symptomatiques a mis en évidence chez ces patients une réduction de la durée d'hospitalisation, de la durée de la maladie ainsi que des formes sévères", ajoute la DGS, qui précise que la mise en place de traitements ne doit pas attendre la confirmation virologique du diagnostic... Les traitements antiviraux seraient particulièrement utiles chez les patients à risque, plus à même de développer des complications sévères, comme les personnes âgées vivant en communauté (maison de retraite, EHPAD)

Hausse de la mortalité

Les données actuelles de surveillance montrent une hausse de la mortalité "toutes causes confondues" en 2014, notamment chez les personnes de 85 ans et plus. La direction générale de la santé souligne donc l'intérêt des traitements et de la vaccination "qui demeure efficace sur les autres souches de virus grippaux, même en début de phase épidémique". La campagne de vaccination, qui a démarré le 10 octobre, doit se poursuivre jusqu'au 31 janvier.

Dans un communiqué destiné au grand public, le ministère rappelle les mesures d'hygiène simples contribuant à limiter la transmission de la maladie de personne à personne. Le malade, dès le début des symptômes (fièvre, courbatures...), doit limiter les contacts et éventuellement porter un masque chirurgical. L'hygiène des mains (lavage régulier à l'eau et au savon ou désinfection avec une solution hydroalcoolique) est indispensable, ainsi que l'utilisation de mouchoirs en papier à usage unique.

VOIR AUSSI

Sponsorisé par Ligatus