Des paraplégiques retrouvent une motricité grâce à la stimulation électrique

Trois ans après des premiers résultats encourageants, la stimulation électrique s'affirme comme un traitement prometteur chez des personnes paralysées des jambes, selon une nouvelle expérimentation réalisée aux Etats-Unis. Grâce à cette technique, trois volontaires paraplégiques ont été capables de bouger volontairement les hanches, les chevilles et les orteils mais pas de marcher, selon un article publié le 8 avril 2014 dans la revue britannique Brain.

Rédigé le

Des paraplégiques retrouvent une motricité grâce à la stimulation électrique
Des paraplégiques retrouvent une motricité grâce à la stimulation électrique

Incapables de faire le moindre mouvement avant l'expérimentation

Ces résultats confirment une première expérimentation conduite chez un jeune américain, Rob Summers, qui, paralysé depuis 2006 après un accident de voiture, avait été capable de bouger les jambes, ce dont la revue médicale The Lancet s'était fait l'écho en mai 2011.

"Nous avons découvert un mode d'intervention fondamentalement nouveau qui peut affecter considérablement la reprise de mouvements volontaires chez des sujets avec une paralysie complète, même des années après l'accident", commente Susan Harkema de l'Université de Louisville (Kentucky) qui a participé à l'expérimentation. "La croyance qu'aucune récupération n'est possible et qu'une paralysie complète est permanente est désormais contestée", souligne cette spécialiste dans un communiqué.

Les volontaires étaient tous paraplégiques depuis des années, suite à des accidents de voiture ou de moto. Avant l'expérimentation, ils étaient incapables de faire le moindre mouvement avec les jambes.

La "stimulation épidurale" a consisté à appliquer un courant électrique à des fréquences et intensités variables, dans la région lombo-sacrée du bas du dos, là où les connections nerveuses de la moelle épinière commandent en grande partie les mouvements des membres inférieurs.

Les patients ont pu bouger volontairement leurs membres

La stimulation électrique a permis de rétablir une forme de communication nerveuse puisque les patients ont été capables de bouger volontairement leurs membres, sans que le mécanisme physiologique de cette récupération (qui n'est pas une réparation de la moelle épinière) soit précisément cernée.

Les chercheurs soulignent que l'effet de cette stimulation électrique est accrue lorsqu'elle s'accompagne d'exercices d'entraînement spécifiques pour le patient.

Par delà la capacité à faire des mouvements des jambes, les patients ont vu leur état s'améliorer avec un accroissement de leur masse musculaire, une meilleure régulation de la pression artérielle, une moindre fatigue et une sensation générale de mieux être.

"Cette recherche ouvre la voie à un nombre incroyable de possibilités sur la manière de développer des techniques pour aider les gens à récupérer les mouvements qu'ils n'ont plus", explique Reggie Edgerton, professeur en physiologie, neurochirurgie et neurobiologie à l'Université de Californie Los Angeles (UCLA).

"Les circuits de la moelle épinière sont remarquablement résistants. Une fois réveillés et actifs, beaucoup de systèmes physiologiques, étroitement connectés qui étaient en sommeil, redeviennent actifs", explique-t-il.

Etudes de références :
- Effect of epidural stimulation of the lumbosacral spinal cord on voluntary movement, standing, and assisted stepping after motor complete paraplegia: a case study, The Lancet, 4 June 2011, doi:10.1016/S0140-6736(11)60547-3 
- Altering spinal cord excitability enables voluntary movements after chronic complete paralysis in humans, Brain (2014), Claudia A. Angeli, V. Reggie Edgerton, Yury P. Gerasimenko, Susan J. Harkema, doi: 10.1093/brain/awu038