Céline, aveugle et étudiante à l'université

Pour eux c'est souvent un défi et ils sont de plus en plus nombreux à le relever... Plus de 11.000 jeunes en situation de handicap poursuivent des études supérieures à l'université. Et leur nombre s'accroît de 15 à 20% chaque année depuis la loi sur le handicap de 2005. Portrait de Céline, aveugle et étudiante en licence d'Anglais. 

Rédigé le

Céline, aveugle et étudiante à l'université

Céline est aveugle depuis sa naissance. C'est avec son chien-guide qu'elle se rend à l'université. Cela fait trois ans qu'elle y étudie, alors s'orienter n'est plus un problème. En troisième année de licence d'anglais, Céline se rend tous les jours au Relais Handicap, amménagé par l'université. A son arrivée à la fac, elle a été obligée d'investir dans du matériel, dont un logiciel de synthèse vocale, indispensable pour prendre des notes et apprendre ses cours. 

Céline doit affronter de nombreuses difficultés liées à son handicap. Elle est plus lente, se fatigue plus vite et doit fournir plus d'efforts. "Il faut s'accrocher, apprendre la patience. Parfois il y a des choses qu'on ne peut pas faire de la même façon que les autres. C'est à prendre compte, c'est à savoir, il faut l'accepter. Tout n'est pas linéaire. Que ce soit dans le cas d'une personne en situation de handicap ou non", témoigne Céline.

Au Relais Handicap de son université, cinq personnes travaillent à temps plein pour accompagner individuellement les étudiants, quelque soit leur handicap (moteur, psychique ou visuel). C'est grâce à ces dispositifs mis en oeuvre dans toutes les universités en France que le nombre d'étudiants handicapés augmente chaque année de près de 15%. Une situation qui pourrait néanmoins s'améliorer. Les moyens financiers varient en effet d'une université à l'autre, tous les établissements ne peuvent donc pas proposer la même qualité de service. 

VOIR AUSSI

Sponsorisé par Ligatus