1. / Maladies
  2. / Gynécologie

Le point sur les règles

Les règles marquent le début du cycle hormonal chez la femme. Souvent appréhendée par les jeunes filles, cette période est synonyme d'inconfort. Il existe aujourd'hui un large choix de traitements pour en réduire les effets. Mais parfois, des règles abondantes ou un dérèglement lié à la pratique intensive d'un sport deviennent problématiques.

Rédigé le , mis à jour le

Le point sur les règles
Le point sur les règles
Sommaire

Qu'est-ce que les règles ?

ad_regles_intro_220414.flv
Benoît Thevenet et Michel Cymes expliquent le cycle des règles.

"Les Anglais débarquent", "Recevoir un courrier de Rome". C'est à la couleur rouge que font référence ces expressions populaires sur les règles : le rouge des uniformes britanniques ou le rouge de la robe des cardinaux.

De la puberté à la ménopause, les règles jalonnent la vie des femmes. Des règles capricieuses, douloureuses, absentes ou abondantes peuvent aussi cacher d'autres choses.

Le cycle menstruel correspond à la période allant du premier jour des règles de la femme jusqu'au premier jour de ses prochaines règles. Quand il est régulier, le cycle menstruel est généralement de 28 jours mais il peut durer de 21 à 35 jours en étant normal. Les règles en elles-mêmes peuvent durer de trois à sept jours.

Le cycle menstruel est régulé au niveau du cerveau par des hormones qui gagnent l'appareil reproducteur féminin. Au cours des treize premiers jours du cycle, ces hormones stimulent les ovaires, où a lieu la croissance des follicules. C'est dans les follicules que mûrissent les futurs ovules.

Les ovaires produisent également de l'œstrogène. Ces messagers chimiques vont stimuler la muqueuse tapissant l'utérus appelée "endomètre". Elle va s'épaissir pour préparer la venue éventuelle d'un embryon. Puis au quatorzième jour, une autre hormone va déclencher l'ovulation. Un seul ovocyte est alors issu d'un follicule mûr et expulsé des ovaires dans les trompes afin de gagner l'utérus.

Quand aucun spermatozoïde ne féconde l'ovule, l'ovaire diminue sa production d'hormones. La chute d'hormones déclenche la destruction des couches superficielles de l'endomètre qui s'évacuent à travers le col de l'utérus, le vagin, puis l'ouverture du vagin, sous forme de saignements. Ce sont les règles.

Serviettes, tampons, etc. : mode d'emploi

regles_consultation.flv
L'utilisation du tampon n'est pas toujours facile pour les jeunes filles.

Toutes les jeunes filles qui lisent pour la première fois la notice d'utilisation d'un tampon sont forcément intriguées par le risque de syndrome du choc toxique. Cette maladie rare mais grave est provoquée par une bactérie, le staphylocoque doré. Vomissements, évanouissements, chute de tension ou signes de déshydratation apparaissent et ce choc toxique peut être fatal. Il doit être traité immédiatement.

L'hygiène et le pouvoir absorbant du tampon joueraient aussi un rôle. Mais le tampon n'est pas la seule cause de syndrome de choc toxique, puisqu'il touche aussi des femmes non réglées et même des hommes.

Seules 20% des femmes utilisent des tampons, le reste préfère les serviettes. Un marché imposant qui concerne, en France, 15 millions de femmes de 13 à 52 ans.

Quand les règles sont douloureuses...

Contre les douleurs de règles, plusieurs solutions existent. Parmi elles, la fameuse bouillotte ou le bain chaud. La chaleur est très efficace en cas de règles douloureuses, elle permet notamment de détendre les muscles et donc l'utérus. Mais attention la chaleur peut intensifier le flux des règles dans les heures qui suivent.

Vous pouvez également trouver des objets comme des ceintures contre les douleurs de règles. Toutefois, l'efficacité de ces ceintures qui massent la zone douloureuse reste à démontrer...

Les serviettes et les tampons jetables bio ont l'avantage d'être constitués de composants naturels, biodégradables, et leur composition est entièrement connue. Ils sont vendus, en France, dans les magasins bios ou sur Internet, et leurs prix sont 10% à 15% plus chers que ceux des trois principales marques de la grande distribution.

Les femmes reviennent aussi aux serviettes lavables, souvent après avoir découvert les couches lavables de leurs nouveaux-nés. Il faut les tremper dans une bassine avant de les laver à la main ou bien les passer à la machine. Le prix est de 15 euros la serviette. Mais certaines femmes n'ont pas envie de voir leur sang ni de le toucher et préfèrent donc l'option jetable.

Aloé vera, violette, fraîcheur mentholée… Les serviettes hygiéniques parfumées sont de plus en plus à la mode. Mais attention, les parfums contenus dans les protections intimes ont tendance à augmenter le risque d'allergies : irritations, brûlures au niveau de la vulve... Mieux vaut donc les éviter surtout si vous êtes sujettes aux irritations.

Contre les mycoses et autres irritations, les tampons probiotiques ont la cote. Ils sont très efficaces pour lutter contre les infections vaginales. Quand on souffre d'irritations à répétition, cela signifie que la flore vaginale est déstabilisée. C'est notamment le cas durant les règles. Généralement, on soigne cela avec des ovules. Mais les tampons probiotiques sont plus pratiques à utiliser. Des gynécologues recommandent même leur utilisation de façon préventive pendant les règles, à raison d'un ou deux tampons pendant trois jours maximum. Les probiotiques contenus à l'intérieur vont restaurer la flore vaginale et prévenir ainsi les irritations. Seul problème, son coût : comptez 11 euros pour une boîte de 22 tampons.

Il existe une alternative aux tampons et serviettes hygiéniques, directement héritée des produits utilisés par nos grands-mères : les éponges et la coupe menstruelle. Les premières s'utilisent comme un tampon. On peut leur coudre un petit cordon pour les retirer plus facilement. Elles doivent être désinfectées avant et après les règles et peuvent être utilisées entre six mois et un an.

Quant à la coupe menstruelle, on l'introduit dans le vagin pour qu'elle recueille le sang des règles. Pour l'insérer, on la plie en deux et on la dépose à l'entrée du vagin. On coupe la tige selon la longueur souhaitée. A base de silicone de grés, cette coupe est totalement naturelle et non allergène. On la vide, le matin et le soir, dans les toilettes ou dans le lavabo et on la rince à l'eau, éventuellement avec un désinfectant naturel, comme des extraits de pépins de pamplemousse. Une coupe se conserve plusieurs années et se vend 28 euros.

Troubles des règles : parlez-en à votre médecin

regles_abondantes_polypes.flv
Opération chirurgicale : résection de polypes responsables de règles hémorragiques

Les troubles des règles sont fréquents après 40 ans. Mais les femmes n'ont pas toujours l'idée d'en parler à leurs médecins. Pourtant une petite intervention peut parfois résoudre le problème.

Règles et sport intensif

regles_sport_intensif.flv
La pratique d'un sport de manière intensive peut avoir des conséquences sur le cycles des règles

On parle souvent de périodes d'aménorrhée, c'est-à-dire d'absence de règles, chez les gymnastes et autres pratiquantes de sports intensifs. Mais on parle moins souvent des difficultés pendant les règles...

Aménorrhée : quand les règles se font attendre

AD_regles_amenorrhee.flv
Les examens vont permettre de comprendre le fonctionnement et la stimulation des ovaires.

Beaucoup de femmes aimeraient se passer des règles. Mais quand elles disparaissent, ne faut-il pas s'inquiéter ?

C'est ce qui est arrivé à cette jeune patiente. Après une rupture sentimentale, elle arrête sa pilule contraceptive, et constate une absence de règles. Dès lors des examens vont être réalisés pour comprendre l'origine des troubles du cycle.

En savoir plus sur les règles

Sur Allodocteurs.fr

Articles et vidéos :

Questions/réponses :

 Livre :

  • 800 Questions au gynécologue
    Alain Tamborini
    Ed. Marabout, septembre 2009