1. / Sexo
  2. / Homme

Une vie sexuelle active protège-t-elle vraiment contre le cancer de la prostate ?

Une étude récente remet en cause l'effet protecteur de l'activité sexuelle contre le cancer de la prostate. Le point avec le Dr Gilbert Bou Jaoudé, sexologue.

Rédigé le

Une vie sexuelle active protège-t-elle vraiment contre le cancer de la prostate ?
Une vie sexuelle active protège-t-elle vraiment contre le cancer de la prostate ?

Pour réduire son risque de cancer de la prostate, faudrait-il commencer sa vie sexuelle le plus tard possible, avoir le moins de partenaires possibles et limiter son activité sexuelle à 2 à 4 éjaculations semaines ? Ce sont les conclusions à contre-courant d'une étude pourtant publiée dans le très sérieux Journal of sexual medicine. 

La méta-analyse, publiée en juillet 2018, compile les résultats de 21 études. Les auteurs font des conclusions qui surprennent le Dr Bou Jaoudé : "D'après les auteurs, au-delà de 10 partenaires, on augmente le risque de cancer de la prostate de 1,1. Plus on retarde le début de la vie sexuelle, plus on diminue le risque (de 4% par tranche de 5 ans), et le risque le plus faible de cancer de la prostate se retrouve avec une activité sexuelle modérée, entre 2 à 4 éjaculations par semaine."

Des conclusions qui s'opposent à des résultats précédents

Pour le sexologue, cela contredit les résultats d'études fiables sur le plan méthodologique, comme par exemple cette grande étude publiée en 2016 dans l'European urology, retrouvant un effet protecteur de l'activité sexuelle.  Plus un homme éjaculait, plus le risque de cancer de la prostate diminuait et cette diminution était maximale au-delà de 20 éjaculations (qu'elle survienne lors d'un rapport ou de la masturbation). Certes, l'étude comportait certains biais, par exemple l'alimentation et l'activité physique qui n'étaient pas prises en compte, et les résultats se fondaient sur les déclarations des hommes, qui auraient pu gonfler leur activité sexuelle.

Autre argument du Dr Bou Jaoudé : "L'étude du Journal of sexual medicine va à l'encontre d'un autre type d'études montrant que les personnes dotées d'une vie sexuelle active, ont globalement moins de risque de maladies et de mortalité. C'est donc à interpréter avec prudence, comme quoi on ne sait toujours pas ce qu'il en est réellement..." Le médecin estime que cette étude n'est pas un point final mais elle remet de la contradiction dans ce qui est connu."

Un enjeu important

L'enjeu n'est pas mince car on ne connaît pas de facteur de risque modifiable pour le cancer de la prostate, comme c'est le cas par exemple pour le cancer du poumon avec le tabagisme", reprend le sexologue. L'activité sexuelle serait potentiellement un point sur lequel on pourrait jouer, si les études scientifiques s'accordent sur son effet....

"Attention à ce que ces résultats ne soient pas interprétés de façon moralisatrice, met en garde le Dr Bou Jaoudé. Si on les lit de loin, on pourrait entendre que : si l'on commence sa vie sexuelle tardivement, si vous avez peu de partenaire sexuel dans la vie et si vous avez peu d'activité sexuelle, vous aurez moins de risque de cancer de la prostate. C'est un retour en arrière complet !"

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus