1. / Se soigner
  2. / Violences

Les personnes handicapées plus souvent victimes de violences

Les personnes en situation de handicap et en particulier les femmes, déclarent plus souvent avoir été victimes de violences physiques, sexuelles et verbales que la population générale, selon une étude de la DREES.

Rédigé le

Les personnes handicapées plus souvent victimes de violences
Crédit photo : ©Pixabay/Sgenet

25,2% contre 22,7% : les personnes identifiées comme handicapées dans l’enquête Cadre de vie et sécurité menée par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) se déclarent plus souvent comme victimes de violences que le reste de la population.

Cet écart se retrouve dans pratiquement tous les types de violences : 7,3% des personnes handicapées se sont déclarées victimes de violences physiques ou sexuelles, contre 5,1% dans le reste de la population. 7,3% des personnes handicapées ont été victimes de menaces, contre 5,8% pour la population générale.

A lire aussi : Les personnes handicapées peinent à accéder aux soins

Les femmes handicapées particulièrement exposées

La DREES pointe que l’écart est « encore plus accentué » lorsqu’il s’agit des femmes handicapées. 9% d’entre elles ont signalé des violences physiques ou sexuelles contre 5,8% des femmes sans handicap.

Les femmes en situation de handicap sont également deux fois plus nombreuses à avoir vécu des violences sexuelles : 4% contre 1,7 en population générale. 18,1% d’entre elles ont subi des injures et 8,2% des menaces, alors que ces chiffres descendent respectivement à 15,1% et 5,7% pour le reste des femmes.

A lire aussi : Confinement : les violences conjugales en forte hausse

Recours aux forces de l’ordre

Si elle sont plus nombreuses à subir des violences, les victimes handicapées sont également plus nombreuses proportionnellement à se déplacer au commissariat ou  à la gendarmerie. En situation de handicap, 1 personne sur 4 va trouver les forces de l’ordre après avoir subi des violences, contre 1 sur 5 en population générale.

6 victimes handicapées sur 10 ont porté plainte, 3 sur 10 ont déposé une main courante et 1 sur 10 a renoncé à déclarer l’incident. Près de la moitié des personnes en situation de handicap qui portent plainte le font pour des faits de violence physique ou sexuelle.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr