1. / Se soigner
  2. / Recherche

Innovation : une PME française développe un collagène de synthèse

Le collagène est une protéine présente en très grande quantité dans notre organisme. Son rôle est de structurer les tissus comme la peau, les parois des vaisseaux sanguins, les tendons ou encore les cartilages. On peut facilement récupérer du collagène chez les animaux pour la médecine ou la cosmétique. Mais le collagène d'origine animale a des limites dans son application médicale. Une start-up française en collaboration avec le CHU de Dijon a développé un collagène de synthèse qui permettra peut-être un jour de stopper des hémorragies et de sauver des vies.

Rédigé le

Innovation : une PME française développe un collagène de synthèse

Lors d'un traumatisme, il n'est pas toujours facile de trouver l'origine d'un saignement pour colmater la plaie. Bien sûr, le corps humain dispose de son propre mécanisme de défense : la formation d'un caillot de plaquettes au niveau de la coupure. Mais pour jouer leur rôle, les plaquettes sanguines doivent être activées. C'est un des rôles peu connu mais primordial du collagène.

Une expérience permet de visualiser l'effet du collagène sur les plaquettes. Dans un tube à essai, un mélange de plasma et de plaquettes sanguines. Il suffit d'ajouter une goutte de collagène et le résultat est immédiat : les plaquettes s'activent les unes à côté des autres pour former des agrégats. En quelques secondes, les plaquettes s'agrègent. Elles se regroupent au fond du tube à essai.

Le collagène pourrait donc permettre d'arrêter une hémorragie. Mais à l'état naturel, les protéines de collagène sont très grosses. Et en les injectant dans le sang, elles risquent de créer de trop gros caillots et de former une thrombose. À Dijon, des chercheurs ont donc eu l'idée de créer un collagène de synthèse capable d'activer les plaquettes mais sans risque pour le patient.

"On recrée de l'ADN qui va correspondre à la structure finale de notre molécule de collagène. Cet ADN va être intégré dans des cellules, ces cellules vont intégrer cet ADN et se mettre à fabriquer naturellement du nouveau collagène comme si c'était une protéine qu'elles produisaient tous les jours", explique David Vandroux, biologiste, président de NVH Medicinal. Les cellules manipulées génétiquement produisent le collagène dans des fioles. L'étape suivante consiste à filtrer le mélange obtenu pour récupérer le précieux collagène de synthèse.

Pour tester l'effet du collagène obtenu et pour vérifier son innocuité, le produit est testé sur des souris in vivo. Les chercheurs ont injecté un traceur radioactif aux souris pour observer l'irrigation de leurs poumons. Puis dans un second temps, ils ont injecté plusieurs types de collagène. Résultat : lorsque les souris reçoivent le collagène de synthèse, leurs poumons restent parfaitement irrigués, le produit n'a pas d'effet thrombotique. Les chercheurs ont également montré qu'il active bien les plaquettes et qu'il ralentit le saignement des souris.

Dans les prochains mois, les chercheurs doivent encore étudier comment le collagène de synthèse se comporte dans le corps des animaux. Puis, si tout se passe bien, les premiers essais sur l'humain pourraient avoir lieu au cours de l'année 2018.