1. / Se soigner
  2. / Chirurgie
  3. / Prostatectomie

Cancer de la prostate : quels sont les effets secondaires d'une prostatectomie ?

Comment vivre après une prostatectomie radicale subie il y a deux ans et pour laquelle j'ai toujours des effets secondaires ?

Rédigé le , mis à jour le

Cancer de la prostate : quels sont les effets secondaires d'une prostatectomie ?

Les réponses avec le Pr. François Desgrandchamps, urologue :

"Lorsque l'on enlève l'ensemble de la glande prostatique, les effets secondaires ne sont pas systématiques, mais fréquents, parce que la prostate est un carrefour urinaire et sexuel car les nerfs de l'érection passent contre la prostate. En enlevant la prostate quelle que soit la façon, avec une incision classique en laparoscopie ou avec un robot, on peut abîmer ces structures. On sait où se trouvent les nerfs mais on ne les voit pas. Ce sont comme de petits cheveux qui sont dans les tissus autour de la prostate. Toutes les techniques font qu'on les épargne.

"On écarte donc ces structures pour enlever la prostate sauf quand la capsule est touchée. Du coup, du côté où la capsule est touchée, où le cancer commence à sortir, il faut enlever un peu de tissu autour et on enlève le nerf. Les séquelles, il faut les attendre. Les séquelles urinaires concernent 30 % des hommes. Les séquelles sexuelles sont plus importantes et touchent près de 80 % des hommes. Mais quelle que soit la technique de traitement, chirurgie ou rayons, les rayons qui vont détruire la prostate en la brûlant vont aussi abîmer les nerfs. Il existe donc des séquelles sexuelles certaines et parfois des séquelles urinaires.

"Chirurgicalement, enlever partiellement la prostate donne un résultat fonctionnel catastrophique. En revanche se développe le traitement focal. Les progrès de l'imagerie permettent de mieux voir où est la tumeur dans la prostate, notamment l'IRM fonctionnel. Quand on coupe l'IRM fonctionnel avec des méthodes de traitement qui sont par exemple, les ultrasons, la cryothérapie, le laser interstitiel… on peut avec ces techniques ne détruire que la zone tumorale. Mais c'est encore très expérimental."

En savoir plus

Dossiers :

Questions/réponses :

* Les réponses avec le Pr. François Desgrandchamps, urologue