#RienAGuérir : un hashtag pour soutenir l’interdiction des thérapies de conversion
©Collectif Rien A Guérir

#RienAGuérir : un hashtag pour soutenir l’interdiction des thérapies de conversion

La loi pour interdire les "thérapies de conversion" passe aujourd'hui devant l’Assemblée Nationale.

Rédigé le , mis à jour le

"Torture", "horreur", ou encore "abusives et cruelles" : ce sont les termes que les internautes utilisent pour décrire les ‘thérapies de conversion’. Ces pratiques prétendent "guérir" l’homosexualité ou la transidentité. Le collectif Rien A Guérir estime avoir reçu "plus de 200 témoignages". 

L’Assemblée Nationale doit examiner ce mardi 5 octobre une proposition de loi de la députée Laurence Vanceunebrock qui vise à sanctionner les "thérapies de conversion" et à obtenir des données plus précises son cette pratique.
L'objectif est de permettre aux victimes de mieux faire reconnaître leur préjudice en créant un délit spécifique. 

En soutien à cette proposition de loi, des milliers d’internautes ont tweeté sous le hashtag #RienAGuérir. Il apparaît dans les Tendances françaises du réseau social. 

"J’ai mis 20 ans à me reconstruire"

Les "thérapies de conversion" peuvent avoir des conséquences graves et traumatisantes. En montrant l’homosexualité et la transidentité comme honteuses, ces pratiques visent à empêcher la personne de passer à l’acte.

En 1981, la France retire l'homosexualité de la liste des maladies mentales. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) fera de même en 1990.