Pourquoi l'accouchement par césarienne réduit l'efficacité des premiers vaccins

Un accouchement par voie basse favorise le développement du microbiote et une bonne réponse immunitaire aux vaccins, contrairement à un accouchement par césarienne, selon une récente étude.

Muriel Kaiser
Muriel Kaiser
Rédigé le
Les bébés nés par césarienne produisent deux fois moins d'anticorps suite à un vaccin
Les bébés nés par césarienne produisent deux fois moins d'anticorps suite à un vaccin  —  Pixabay / Sanjasy

L'accouchement par voie basse permet au nouveau-né d'ingérer des germes, à l'origine d'un microbiote équilibré : c'est un fait désormais connu. Mais ce n'est pas tout. Une étude publiée dans Nature le 15 novembre démontre que ce microbiote est également à l'origine du degré de réponses aux premiers vaccins reçus par les bébés.

Les chercheurs écossais ont d'abord comparé le microbiote de nourrissons nés par voie naturelle et par césarienne. Ces derniers possèdent un microbiote moins développé, l'enfant n'ayant pas eu de contact avec la flore vaginale de sa mère comme lors d'un accouchement par voie basse. C'est effectivement par ce contact que le nouveau-né se constitue son propre microbiote.

À lire aussi : Comment renforcer le microbiote des bébés nés par césarienne ?

Moins de production d'anticorps

Ensuite, les scientifiques ont étudié la réponse immunitaire de 101 nourrissons de 12 mois et 66 bébés de 18 mois lors de leur vaccination contre la méningite et le pneumocoque. Résultat : les enfants nés par césarienne produisent deux fois moins d'anticorps que ceux nés par voie basse.

Plus précisément, les chercheurs ont décelé que les bifidobactéries et la bactérie Escherichia coli présentes dans le microbiote favorisent une bonne réponse au vaccin contre le pneumocoque. Ils associent aussi E. coli à une forte production d'anticorps contre la méningite.

La césarienne uniquement en cas d'urgence

Les chercheurs émettent l'hypothèse suivante : l'exposition aux bactéries dès la naissance de l'enfant, qui constituent son microbiote, façonnerait son système immunitaire. C'est pourquoi la réponse aux vaccins varie. Pour autant, les chercheurs tiennent à rassurer les parents : tous les enfants nés en bonne santé, que ce soit par voie naturelle ou par césarienne, sont bien protégés contre les maladies grâce aux vaccins. 

Au vu de ces résultats, les chercheurs rappellent néanmoins l'importance de privilégier les accouchements par voie naturelle, si cela est possible. "Décourager l'utilisation croissante de la césarienne en l'absence d'urgence médicale peut être important pour préserver le microbiote et donc le système immunitaire des nourrissons", écrivent-ils.

Asthme et césarienne : préserver la flore intestinale du foetus  —  Le Mag de la Santé - France 5

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !