1. / Maladies
  2. / Sang
  3. / Leucémie

Leucémie : une greffe fécale pour protéger le microbiote

La chimiothérapie est le traitement de référence pour de nombreux cancers mais elle engendre des effets secondaires qui peuvent parfois compromettre l'action-même des médicaments. Pour redonner de la force au patient, la greffe fécale s'avère prometteuse. 

Rédigé le , mis à jour le

La greffe fécale consiste à injecter un microbiote sain dans celui d'un patient malade

Des milliers de milliards de micro-organismes colonisent notre intestin. C'est ce que l'on appelle le microbiote intestinal, composé de bactéries mais aussi de virus et de levures. Un écosystème très fragile qui lorsqu'il est perturbé, peut avoir des répercussions sur notre santé. Chez les patients atteints de cancer, les chimiothérapies détruisent une partie de ce microbiote, provoquant diarrhées et perte de poids. Un laboratoire a donc étudié les bénéfices de la greffe fécale pour les patients atteints de leucémie aiguë.

L'étude a été menée sur 25 patients. Leurs selles ont été recueillies avant le début de leur traitement, puis conservées à très basse température plusieurs semaines. Une fois leur chimiothérapie terminée, les selles ont été réinjectées dans le côlon. Cette transplantation fécale a permis de reconstituer 90% de leur flore intestinale.

Outre la prévention des troubles digestifs, la greffe fécale apporte d'autres bénéfices. Pendant leur traitement, la quasi-totalité des patients souffrant de ce type de pathologie développent des infections parfois graves. Grâce à l'effet barrière et protecteur de la greffe fécale, les patients sont protégés contre ces infections. "Chez le patient leucémique, comme chez la plupart des patients chez qui les globules blancs sont bas, la plupart des infections générales, généralisées, septicémies... viennent de germes présents dans le tube digestif. Eviter une surreprésentation de ces germes pathogènes, éviter leur prolifération permet probablement de limiter le risque de voir des infections généralisées chez les patients", explique le Pr Gilles Salles, hématologue.

Réduire la fréquence et la gravité des infections, retrouver un équilibre intestinal... la transplantation fécale permet d'améliorer l'état général des patients après leur chimiothérapie. A terme, le laboratoire envisage d'appliquer le principe de la transplantation fécale à d'autres pathologies. Les chercheurs travaillent également à trouver d'autres modes d'administration, moins contraignants.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr