1. / Maladies
  2. / Maladies infectieuses et tropicales
  3. / Coronavirus

Covid-19 : "On n'a jamais eu affaire à autant de défunts en même temps"

Face à l'épidémie de coronavirus et l'augmentation du nombre de décès, les pompes funèbres ont dû adapter leurs services. Mais les mesures prises peuvent compliquer le deuil des familles. Véronique Kittler, cogérante de pompes funèbres dans le Haut-Rhin, témoigne. 

Rédigé le

Covid-19 : "On n'a jamais eu affaire à autant de défunts en même temps"

"On n'a jamais eu affaire à autant de décès en même temps, dans des circonstances aussi difficiles, explique Véronique Kittler, cogérante de pompes funèbres dans le Haut-Rhin, département particulièrement touché par le Covid-19. On gère, en général, 4 à 5 décès mensuels. En mars, c'était plus de 15."

Mise en bière immédiate et renoncement à la toilette funéraire

L'épidémie de coronavirus a provoqué une forte hausse du nombre de décès, mais a aussi contraint les professionnels des pompes funèbres à modifier leurs pratiques. "Lorsqu'on est amenés à prendre en charge un décès lié au Covid, on a des mesures particulières à prendre, poursuit Véronique Kittler. La mise en bière doit être quasi-immédiate. Dans les services hospitaliers, les défunts sont mis directement dans une housse mortuaire. Et dans les cas de décès à domicile, nous nous rendons directement dans les familles avec le cercueil. Le défunt quitte le domicile dans le cercueil."

Impossible aussi de faire aussi des toilettes funéraires. "On ne peut plus présenter les défunts aux familles", déplore la gérante.

Un deuil beaucoup plus difficile à faire

Ces changements, rendus nécessaires par le risque épidémique, sont très difficiles à supporter pour les familles. L’adaptation du déroulement des obsèques l’est tout autant. Les inhumations peuvent avoir lieu en présence de quelques membres de la famille, mais les crémations se font sans la famille. Pour atténuer la douleur des proches, Véronique Kittler fait tout son possible. "Ce que je leur propose, c'est de faire une photo du cercueil, avec la plaque d'identité. Cela leur permet d'avoir une image et de se recueillir en famille, même si c'est à distance, le jour même de la crémation. Par exemple avec une bougie allumée ou la photo du défunt."