1. / Maladies
  2. / Diabète
  3. / Diabète de type 2

Une campagne choc pour alerter sur le diabete de type 2

Des blessures impressionnates réalisées à partir de confiseries, c'est le choix osé de l'association thaïlandaise de lutte contre le diabète qui veut alerter sur les risques associés à la consommation excessive de sucre. Cette campagne montre des fausses plaies béantes réalisées à partir de confiseries.

Rédigé le

Une campagne choc pour alerter sur le diabete de type 2
©Ogilvy & Mather Bangkok / Diabetes Association of Thailand

Créé par l'Association du diabète de Thaïlande, cette campagne a été lancée pour sensibiliser sur les complications peu connues du diabète de type 2. Avec des bonbons, des colorants, du sucre et de la confiture, les concepteurs de l'agence Ogilvy de Bangkok ont réussi à créer des images très réalistes représentants des plaies suintantes.

L'Organisation mondiale de la santé prédit que le diabète sera la septième cause de décès d'ici 2030. L'an dernier, environ 1,5 millions de décès ont été directement causés par le diabète.

©Ogilvy & Mather Bangkok / Diabetes Association of Thailand

Le diabète de type 2 représente 80 à 95% des cas de diabètes et survient souvent chez des personnes après 50 ans en surpoids. Ainsi, l'excès de graisse empêche petit à petit le glucose d'être utilisé par les muscles, le phénomène s'appelle l'insulo-résistance. Le foie, quant à lui, sécrète trop de glucose, ce qui augmente le taux de glycémie dans le sang. Les niveaux de sucre dans le sang restent élevés, ce qui au fil du temps, raidit les artères et provoque la réduction des vaisseaux sanguins. Le débit de sang se réduit à la surface de la peau, ce qui entraine une mauvaise cicatrisation des plaies. Moins de globules rouges ( qui transportent l'oxygène et les nutriments) ainsi que moins de globules blancs (qui combattent l'infection) arrivent à la plaie.

Comme le diabète affaiblit également le système immunitaire, les diabétiques ont un risque accru de développer un ulcère, une gangrène, un empoisonnement du sang ou encore une infection osseuse. Dans les cas les plus graves, les membres doivent être amputés.  

Etant donné que le diabète peut conduire à la perte de sensation, la personne souffrant d'une plaie infectée ne sentira pas la douleur. La prise en charge reste donc souvent tardive ce qui peut entraîner une amputation. Au Royaume-Uni, il y a 135 amputations liées au diabète par semaine, selon Diabetes UK.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr