1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie

De quelle couleur voyez-vous cette robe : blanche ou bleue ?

Certaines personnes voient cette robe bleue avec des traits noirs, d'autres blanche avec des traits roses. Pourquoi deux cerveaux ne donnent-ils pas la même image ? Comment notre cerveau réorganise-t-il la réalité pour lui donner un sens ? 

Rédigé le

De quelle couleur voyez-vous cette robe : blanche ou bleue ?

L’intelligence artificielle qui effraie tant, est construite à partir des capacités cérébrales que nous connaissons et que nous savons modéliser. Mais ce que la plupart d’entre nous ignore, c’est qu’une grande partie de nos capacités cognitives est inconsciente, et nous serions d’ailleurs bien moins efficients si nous n’avions que nos capacités conscientes.  

Percevoir et réagir à des stimulations à notre insu  

A chaque instant, notre cerveau perçoit et analyse des informations, dans toutes les modalités sensorielles à notre insu et qui nous échappent totalement.
Une grande partie de ces informations restera d’ailleurs toujours inconsciente. Des milliers d’informations arrivent à notre cerveau sans que nous en soyons conscient. 

Par exemple le contact du sol sous nos pieds, ou encore de notre rythme cardiaque ou de la température extérieure. Au moment où on cite ces perceptions, on est capable de diriger notre attention vers celles-ci et on en prend conscience, mais si on en parle, notre cerveau les aurait traitées sans qu'on en ait conscience.  

Des informations qui peuvent nous influencer

Un exemple issu de notre perception nous amène à ce souvenir de la robe que nous avions vue comme bleue et noire ou comme blanche et dorée et qui a agité les réseaux sociaux pendant des semaines il y a deux ans. Il y a d’ailleurs périodiquement d’autres exemples avec d’autres objets comme des tennis en ce moment.

Quand on montre cette robe à des personnes, et qu’on leur demande de quelle couleur elle est, un tiers des sujets la voit blanche et dorée, un quart des sujets la voit bleue et noire et les autres la voient bleue et marron. Des tas d’explications plus ou moins loufoques ont circulé sur internet, mais pourtant l’explication à ces différences de perception est sans doute assez simple, et liée à une décision que prend notre cerveau à notre insu. 

Autour de cette robe, il est difficile de savoir précisément quel est le niveau de lumière ambiante. Ce que fait notre cerveau, c’est qu’il va décider si la robe est présentée dans un environnement lumineux ou sombre. La réponse sur la couleur de la robe dépend simplement de cette décision que notre cerveau à prise à notre insu. 

Un mécanisme qui détermine notre réponse  

En présentant la même robe mais dans un environnement lumineux qui n’est pas ambigu, comme ci-dessous, on se rend compte de ce mécanisme. 

Si on change l’éclairage autour de la robe, de façon à donner au spectateur une information précise sur le contexte autour de la robe, ici très lumineux, la majorité des sujets la voit bleue et noire. 

A l’inverse, la majorité des sujets, la voit blanche et dorée si la robe est présentée dans un environnement sombre comme ci-dessous.  

 

Cela veut dire que dans la situation standard où on présente la robe, sans indice évident sur le contexte lumineux, notre cerveau doit décider tout seul de l’environnement, ce qui va conditionner notre réponse : bleue et noire ou blanche et dorée. C’est donc un parfait exemple du pouvoir qu’a notre cerveau de choisir ce que nous percevons, sans que nous soyons conscient du choix qu’il a opéré.  

Percevons-nous des informations sans en avoir conscience ? 

Ce qu'on appelle la perception sub-liminale correspond à la situation où on nous présente des informations en dessous de notre seuil de perception consciente. 

On peut tout à fait présenter des informations de manière trop rapide ou de manière trop peu contrastée pour qu'on les perçoive consciemment, mais pourtant, notre cerveau est capable de les percevoir. 

Cette vision est très proche de ce qu’on appelle la vision d’alerte qui désigne la vision très rapide et souvent non consciente que nous avons hérité de nos ancêtres. C’est le cas lorsque nous faisons un écart lorsque nous conduisons pour éviter un obstacle. Le plus souvent, au moment où nous adaptons notre trajectoire, nous ne savons même pas ce que nous avons évité. C’est a posteriori, grâce à un processus bien plus lent que nous allons identifier cet obstacle consciemment. 

Voir aussi sur Allodocteurs.fr